icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube      

Les Boucaniers : un remake somptueux qui ne manque pas de fougue (en Blu-ray et DVD)

Blu ray Les Boucaniers 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)

Synopsis

En 1812, la guerre fait rage entre les indépendantistes américains et la puissance impérialiste britannique qui réunit une armée considérable pour définitivement étouffer la rébellion. Avec seulement 1.200 hommes, le général Andrew Jackson doit tenir La Nouvelle Orléans contre 60 navires et 16.000 soldats ennemis. Son seul espoir : que le boucanier français Jean Laffitte se rallie à sa cause…

• Titre original : The Buccaneer
• Support testé : Blu-ray
• Genre : aventure, historique
• Année : 1958
• Réalisation : Anthony Queen
• Casting : Yul Brynner, Claire Bloom, Charles Boyer, Inger Stevens, Henry Hull, E.G. Marshall, Charlton Heston, Lorne Greene
• Durée : 2 h 00 mn 24
• Format vidéo : 16/9 (1,78)
• Format ciné : 1,85/1 (VistaVision) - 1,59/1 introduction de Cecil B. DeMille
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : DTS-HD MA 2.0 monophonique anglais, français
• Bonus : présentation du film par Patrick Brion (9 mn 29) et Bertrand Tavernier (37 mn 21) - Yul Brynner : l’homme qui devint roi (1995, SD, 57 mn 41) - bande annonce avec présentation historique par Cecil B. DeMille (10 mn 25)
• Éditeur : Sidonis Calysta

Commentaire artistique

Avec ses stars Yul Brynner et Charlton Heston, sa musique épique et typée signée Elmer Bernstein, sa photographie en VistaVision et sa docte introduction, Les Boucaniers semble rassembler tous les ingrédients qui ont fait la célébrité de la version 1956 de Les Dix Commandements réalisée par Cecil B. DeMille. Le générique d’ouverture, après la présentation du célèbre producteur himself, précise « sous la supervision de Cecil B. DeMille » : en effet Les Boucaniers est un remake dirigé par l’acteur Anthony Quinn (sa seule réalisation d’ailleurs) du film Les Flibustiers (1938) de Cecil B. DeMille sur le rôle du flibustier Jean Lafitte durant la seconde guerre d’indépendance opposant les USA et l’empire britannique en 1815 : les deux films adaptent un roman de Lyle Saxon inspiré du personnage historique Jean Lafitte qui avait fondé un royaume de Barataria dans les bayous de Louisiane. La nouvelle version est produite par Henry Wilcoxon (ex-acteur de Cléopâtre... de Cecil B. DeMille) et Cecil B. DeMille : ce dernier trop fatigué laisse son gendre Anthony Quinn s’occuper de la direction, une passation qui se ressent sur la mise en scène même si le résultat final est honorable. On retrouve le style des superproductions de Cecil B. DeMille, mélange savant de scènes grandioses, de séquences intimes et d’image d’Épinal. L’Histoire est traitée à la manière hollywoodienne, plus mélodramatique que nécessaire et trahissant un tournage en studio où le décorateur n’hésite pas à reconstituer la Nature des bayous avec sa flore luxuriante : c’est pourtant cet aspect terriblement factice de l’évocation qui procure une petite bouffée nostalgique de ce cinéma des années 50 si démodé mais captivant. Les Boucaniers est typique du panache que DeMille savait donner à tous ses films historiques : si l’Histoire est particulièrement malmenée (Jean Lafitte, esclavagiste ne fut pas aussi élégant, chevaleresque et empathique que Yul Brynner !), la puissance des caractères, exceptés les femmes (une blonde passive Annette jouée par Inger Stevens et une brune plus délurée Bonnie jouée par Claire Bloom) aux rôles relativement effacés, et la somptuosité des « tableaux filmés » d’un autre âge sont réellement fascinants Le clou du spectacle, visuellement inspiré des nombreux tableaux « The Battle of New Orleans » dont celui d’Edward Percy Moran (1910) avantage nettement Yul Brynner car dans ce film Charlton Heston incarnant le général Andrew Jackson est franchement en retrait de l’action ! Parmi les seconds rôles attachants, Charles Boyer interprète avec une grande distinction et un brin de cabotinage Dominique You, demi-frère et adjoint de Laffitte. Finalement très éloigné du classique « film de pirates » pressenti par le titre, hormis une scène d’abordage bien ficelée, Les Boucaniers ne surpasse pas son modèle Les Flibustiers dont il reprend les codes mais possède néanmoins suffisamment d’action haute en couleurs (Technicolor) pour constituer un spectacle distrayant.

 

Blu ray Les Boucaniers

Commentaire technique

Image : copie HD, définition honorable et variable mais loin d’être à la hauteur du procédé VistaVision (35 mm horizontal 8 perforations) dont le format 1,85/1 n’est pas respecté, grain argentique prononcé, image propre et stable, excellent contraste, étalonnage chaud, colorimétrie somptueusement colorée à la palette chatoyante et aux tons saturés

Son : mixage monophonique anglais 2.0 à la dynamique correcte sur les ambiances et la musique d’Elmer Bernstein, dialogues clairs, pas de distorsion ou de souffle appuyé ; VF monophonique 2.0 ancienne et datée avec des voix au niveau trop prononcé

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0051436/

 

Blu-ray et DVD disponibles sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework