icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube      

Black Journal : portrait de Lea, terrifiante tueuse en série… (en Blu-ray et DVD)

Blu ray Black Journal 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)

Synopsis

En Italie, en 1938, Lea, une femme du Sud de l'Italie émigrée au Nord, voue un amour excessif à son fils unique, Michele. Elle offre toutes les apparences d'une femme affable, invitant ses voisines à prendre le thé, leur vendant un savon qu'elle fabrique elle-même et qui rend la peau très douce. Mais, derrière cette façade respectable se cache un terrible secret.

• Titre original : Gran bollito
• Support testé : Blu-ray
• Genre : thriller, horreur
• Année : 1977
• Réalisation : Mauro Bolognini
• Casting : Shelley Winters, Max von Sydow, Renato Pozzetto, Alberto Lionello, Laura Antonelli, Mario Scaccia, Franco Branciaroli, Milena Vukotic
• Durée : 1 h 51 mn 47
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,85/1
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : DTS-HD MA monophonique 2.0 italien, français
• Bonus : Biscuits et savons, interview Daniele Nannuzzi, directeur de la photographie et fils de Armando Nannuzzi (2019, 28 mn 22) - entretien avec René Marx (2019, 28 mn 50) - film annonce (3 mn 34)
• Éditeur : Rimini Éditions

Commentaire artistique

Sur un scénario de Nicola Badalucco, Mauro Bolognini réalise Black Journal, Gran bollito (grande bouillie) en VO, inspiré de l’affaire sordide de Leonarda Cianciulli dont les meurtres atroces lui valurent le surnom de « Saponificatrice (c'est-à-dire fabricante de savon) de Corregio ». Cette psychopathe chiromancienne décide de soustraire son fils aîné à la boucherie de la guerre en le faisant accuser et jeter en prison ce qui lui épargna d’être envoyé au front (selon l’explication donnée par Max von Sidow qui joue dans le film) : dans cette intention, elle pratique le sacrifice humain, débitant à la hache trois de ses visiteuses et les transformant en savons et confiseries ! Un personnage aussi saisissant ne pouvait laisser indifférent : deux pièces de théâtre et quatre films lui seront consacrés. La version de Mauro Bolognini est extrêmement singulière et absolument captivante : en décrivant les bizarreries morbides d’un esprit dérangé, le cinéaste renvoie métaphoriquement à l’absurdité du conflit qui se profile, nous sommes en 1938. La grande curiosité de ce drame est que le rôle principal a été confié à une américaine, Shelley Winters : l’actrice, imposante, est certes excellente mais pas vraiment italienne ! Elle sera d’ailleurs totalement doublée (par Regina Bianchi) mais sa composition habitée de maman prête à tout pour conserver son fils auprès d’elle est tout bonnement prodigieuse, un rôle digne d’un Oscar. Ce n’est pas la seule surprise puisque Mauro Bolognini, qui, pensait d’abord n’utiliser qu’un casting exclusivement masculin, va confier le rôles des trois victimes féminines à trois comédiens, Alberto Lionello, Max von Sydow et Renato Pozzetto qui auront un double emploi en jouant dans la suite du film, trois réincarnations masculines au rôle coercitif. Seule concession à la beauté, la participation de Laura Antonelli, superbe incarnation de la sexualité désirée. Afin d’accuser un peu plus l’anormalité de l’intrigue, le grand décorateur Danilo Donati construisit des décors surdimensionnés (couloir, cuisine) qui ajoutent à l’atmosphère morbide de ce pseudo giallo déjà si terrifiant par la banalisation des meurtres perpétrés. La mise en scène laisse dubitative sur la réelle intention du réalisateur : vise-t-il l’épouvante gore ou la comédie noire ? La scénographie des meurtres n’est jamais démonstrative mais par l’artifice d’un montage habile, le cinéaste parvient à les rendre épouvantables sans vraiment les montrer frontalement. Œuvre ambitieuse, curieuse et méconnue Black Journal mérite assurément d’être découverte pour sa fascinante originalité.

 

Blu ray Black Journal

Commentaire technique

Image : copie HD, bonne définition mais image argentique douce, comme filmée avec un filtre de diffusion interdisant tout piqué exceptionnel, grain argentique discret, image lumineuse et sans défauts de pellicule excessifs, étalonnage naturaliste à la colorimétrie nuancée

Son : mixage monophonique 2.0 italien, excellente dynamique sur les dialogues postsynchronisés (pratique classique du cinéma italien) qui fausse probablement le jeu réel des comédiens, bon équilibre général avec les sons d’ambiances et la musique d’Enzo Jannacci, pas de distorsion ; la VF 2.0 monophonique (avec quelques séquences réintégrées en VOST) est trop superficielle pour être convaincante mais elle possède aussi une belle dynamique

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile grise(3,5/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0076099/

 

Blu-ray et DVD disponibles sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework