icon facebook icon youtube icon qwant icon tumblr icon pinterest icon rss

Cold Skin : d’étranges amphibiens presqu’humains (en Blu-ray, DVD et VOD)

Blu ray Cold Skin 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)

Synopsis

En 1914, alors que le monde se prépare à l'apocalypse, un jeune homme est débarqué sur une île rocheuse et inhospitalière, près du cercle antarctique. Sa mission : remplacer pour les 12 prochains mois l'officier météorologique qui a mystérieusement disparu. Alors que le bateau s'éloigne, il est loin d'imaginer que de terribles créatures ont déjà pris possession de l'île.

• Titre original : Cold Skin
• Support testé : blu-ray
• Genre : horreur, fantastique
• Année : 2017
• Réalisation : Xavier Gens
• Casting : Ray Stevenson, David Oakes, Aura Garrido, Winslow M. Iwaki, John Benfield, Ben Temple, Iván González, Alejandro Rod
• Durée : 1 h 42 mn 25
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 2,39/1
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : DTS-HD MA 5.1 et 2.0 anglais, français
• Bonus : Dans les coulisses de Cold Skin (27 mn 14) - entretien exclusif avec Xavier Gens par Christophe Lemaire (40 mn 58)
• Éditeur : Condor Entertainment

Commentaire artistique

Sorti en salle il y a deux ans, Cold Skin est la version cinématographique du roman à succès « La peli freda » (La peau froide, 2002) écrit par l’auteur catalan Albert Sánchez Piñol à la suite de plusieurs séjours au Congo pour sa thèse d’anthropologie. Production de longue haleine débutée il y a douze ans, Cold Skin a été finalement confiée au cinéaste français Xavier Gens qui lui consacra de longues années de préparation afin de solutionner les deux éléments importants de l’adaptation : les décors et l’apparence des créatures. Le choix de tourner dans un pays froid (Islande, Groenland et Canada) pour simuler l’antarctique où se déroule l’intrigue a été abandonné au profit de Lanzarote, une île volcanique des Canaries au climat plus clément et aux paysages très tourmentés. Dans ce cadre aride, complété par un tournage en studio (comme la séquence du scaphandrier), les acteurs incarnant les créatures pouvaient plus facilement supporter leurs combinaisons en latex, les effets étant finalisés en post-production. Film en huis clos se déroulant en grande partie dans un phare, Cold Skin raconte l’histoire d’un affrontement entre l’homme et sa mutation amphibie. Hormis les innombrables créatures agressives qui les menacent, c’est un trio qui monopolise l’attention : deux hommes et une créature féminine « apprivoisée ». Celle-ci, nommée Aneris (sirène inversée en espagnol), permet à l’actrice Aura Garrido de réaliser une remarquable performance puisqu’elle n’a aucune ligne de dialogue et ne peut s’exprimer que par ses postures et par ses mimiques : son maquillage saisissant et convaincant est un atout majeur du film. Les rôles masculins, interprétés par Ray Stevenson et David Oakes, opposent deux caractères entiers et contrastés, le solitaire et violent Gruner, qui voue une haine farouche aux monstres mais qui a « adopté » Aneris, et le jeune héros pacifique surnommé Friend qui laisse augurer une attitude compréhensive et une grande ouverture d’esprit à l’égard de ces êtres ne cherchant qu’à défendre leur territoire… Les notions de la tolérance, de racisme, de la peur de l’autre et du droit à la différence sont au cœur de cette intrigue qui ne renie pas ses influences, de Lovecraft à Guillermo Del Toro. La mise en scène est à la hauteur de ce film fantastique ambitieux qui ne se contente pas de d’enchaîner les scènes d’action mais cherche surtout à creuser les psychologies de ses personnages. Accompagnée par la splendide partition de Victor Reyes, la photographie de toute beauté de Daniel Aranyó imprègne le film d’une atmosphère de tension sourde émanant de l’âpreté naturelle des lieux. Délibérément classique et romanesque, Cold Skin associe son atmosphère singulière à une réflexion existentielle : si l’on aime le récit d’horreur à l’ancienne doté d’une intéressante étude psychologique et développant une mythologie originale, Cold Skin sera apprécié. Une variation réussie du thème de la sirène à l’indéniable charme romantique.

 

Blu ray Cold Skin

Commentaire technique

Image : copie HD, très bonne définition du tournage en numérique, excellente restitution des textures, bonne gestion des contrastes notamment dans les nombreuses scènes en basse lumière, étalonnage réaliste froid, colorimétrie dramatique aux tons sans éclat excepté certaines scènes à fort éclairage (lampe du phare, soleil)

Son : mixage anglais 5.1 non « lossless » (pourtant les Blu-rays américain et allemand sont codés en DTS-HD MA !) aux dialogues clairs mais à la spatialisation relativement limitée avec peu d’effets latéraux ou arrière et une dynamique globalement trop contenue , LFE assez efficaces ; VF 5.1 soignée et dynamique

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt1034385/

 

Blu-ray et DVD disponibles sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework