icon facebook icon youtube icon qwant icon tumblr icon pinterest icon rss

Miracle en Alabama : une réalisation de référence sur le cas Helen Keller (en Blu-ray et DVD)

Blu ray Miracle en Alabama 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rouge(5/5).

Synopsis :

Helen Keller a 12 ans. Elle ne voit pas, n'entend pas et présente tous les symptômes d'une déficience mentale. Ses parents font appel à Annie Sullivan, éducatrice aux méthodes révolutionnaires, et elle-même malvoyante. Les premiers contacts entre l'enfant et l'éducatrice sont difficiles et parfois violents.

• Titre original : The Miracle Worker
• Support testé : blu-ray
• Genre : drame
• Année : 1962
• Réalisation : Arthur Penn
• Casting : Anne Bancroft, Patty Duke, Victor Jory, Andrew Prine, Inga Swenson, Kathleen Comegys
• Durée : 1 h 46 mn 39
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,66/1 Noir et Blanc
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : DTS-HD MA 2.0 monophonique anglais, français
• Bonus : Un Miracle à Hollywood par Frédéric Mercier critique à Transfuge (36 mn 28) - film annonce (2 mn 22) - livret « De la lumière ! Donnez-moi de la lumière ! » (36 pages) par Christophe Chavdia
• Éditeur : Rimini Éditions

Commentaire artistique

Second long-métrage, après Le Gaucher (1958) d’Arthur Penn, Miracle en Alabama constitue l’aboutissement d’un long processus artistique : le réalisateur avait, en effet, déjà une longue expérience avec le sujet puisqu’il avait dirigé en 1957 sur CBS un épisode de la série Playhouse 90, puis en 1959 une version théâtrale montée à Broadway et saluée par trois Tony Awards. Le film, tout comme le téléfilm et la pièce, adapte un texte du dramaturge William Gibson « The Miracle Worker » consacré à l’histoire d’Helen Keller et inspirée de son autobiographie où elle raconte comment fillette sourde et aveugle, elle va découvrir la communication avec son entourage grâce à l’éducatrice Anne Mansfield Sullivan. Helen Keller deviendra la première sourde-muette à obtenir un diplôme universitaire et sera multi-récompensée pour ses activités humanitaires. Pour son film, Arthur Penn décida de reprendre les deux actrices de la pièce, Patty Duke et Anne Bancroft, même si toutes les deux étaient plus âgées que leurs personnages : 16 et 30 ans alors qu’Helen n’avait que 7 ans et Anne Sullivan, 20 ans à peine. Leur magistrale interprétation sera saluée par un Oscar pour chaque comédienne, Patty Duke devenant en 1963 l’actrice la plus jeune à le remporter ! Tout l’enjeu de la pièce et du film est de montrer que la seule manière de débloquer le langage chez cette enfant, refermée sur elle-même, est de passer par la gestuelle et le contact physique. Le film d’Arthur Penn, qui est donc visuellement d’une rare violence, s’ouvre sur une scène glaçante d’un père en train de hurler vers son enfant mutique dans un berceau. La mise en scène d’une grande sécheresse et d’une redoutable efficacité se passe de tout effet grandiloquent pour mieux enchaîner des scènes impressionnantes et poignantes à la fois, comme cette longue séquence hystérique de 8 minutes à propos d’un repas qui aboutira à une destruction presque totale de la salle à manger, une prouesse pour les actrices à bout de nerf (cinq jours de tournage) et une gestion de l’espace d’une virtuosité rare. Au-delà de l’anecdote triviale et du fait divers, Miracle en Alabama transcende l’affrontement des personnages concernés, éducatrice, mère, père, demi-frère, pour élargir son message d’ouverture symbolisé par cet être humain emprisonné dans le corps d’une fillette qui finit par émerger au monde lors d’une scène emblématique autour d’une pompe à eau. Passant de la douceur à l’extrême violence, de la cajolerie à la contrainte, la partie engagée entre Anne et Helen ne sera pas de tout repos, ni pour elles, ni pour les parents de la fillette, excellemment interprétés par Victor Jory, le père, et Inga Swenson, la mère. Splendidement photographié dans un somptueux noir et blanc par Ernesto Caparrós, Miracle en Alabama ne peut laisser indifférent : la silhouette d’Anne Bancroft au visage masqué derrière des lunettes noires et les mimiques et les postures de Patty Duke suscitent l'émotion dont l'impression est persistante. La mise en scène sensorielle, physique, aux éclairages et cadrages saisissants, d’Arthur Penn rend palpable les rapports de force, l’anticonformisme de l’éducatrice et la lourdeur psychologique de la fillette, savamment entretenus par un art consommé du montage. Entre la théâtralité de l’image, l’observation presque documentaire des faits et leur interprétation exemplaire, Miracle en Alabama est un film presque intemporel dont le message d’espoir est toujours bienvenu. Remarquable.   

 

Blu ray Miracle en Alabama

Commentaire technique

Image : copie HD, définition « miraculeuse » (tournage en 35 mm) avec un piqué exceptionnel, en particulier sur les gros plans de visage, léger grain argentique, image très propre, rares points blancs, magnifique gestion du contraste, noirs profonds, échelle de gris nuancée et homogène

Son : mixage anglais 2.0 monophonique très clair sur les dialogues, excellent équilibre entre voix et ambiances, grande dynamique sur les bruitages et la musique de Laurence Rosenthal, léger bruit de fond affecté de fluctuations ; VF soignée plus sourde et moins convaincante

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rouge(5/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile grise(3,5/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0056241/

 

Blu-ray et DVD disponibles sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework