icon facebook icon youtube icon qwant icon tumblr icon pinterest icon rss

À l'ombre des potences : un western sans illusion sur l’échec de l'initiation (en Blu-ray et DVD)

Blu ray A l ombre des potences 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)

Synopsis

Matt Dow et Davey Bishop sont devenus des amis mais, à la suite d'une méprise, ils sont soupçonnés d'avoir attaqué un train. Ils sont arrêtés et finissent par se disculper mais Davey a été gravement blessé. Une de ses jambes est définitivement morte. Matt et Davy sont engagés comme shérifs. Une attaque de banque a lieu…

• Titre original : Run for Cover
• Support testé : blu-ray
• Genre : western
• Année : 1955
• Réalisation : Nicholas Ray
• Casting : James Cagney, John Derek, Ernest Borgnine, Viveca Lindfors, Jean Hersholt, Grant Withers, Jack Lambert, Ray Teal, Irving Bacon
• Durée : 1 h 32 mn 24
• Format vidéo : 16/9 (1,78/1)
• Format ciné : 2,00/1 VistaVision
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : DTS-HD MA 2.0 monophonique anglais, français
• Bonus : présentation de Patrick Brion (12 mn 38) et François Guérif (12 mn 32) - DVD du film
• Éditeur : Sidonis Calysta

Commentaire artistique

Avec les noms au générique de James Cagney, acteur, et de Nicholas Ray, cinéaste, À l'ombre des potences ne pouvait être un western banal, et pour cause, puisque le réalisateur vient de diriger l’emblématique Johnny Guitare (1954) et s’apprête à commettre un nouveau chef-d’œuvre La Fureur de vivre. Poursuivant une carrière consacrée au cinéma hollywoodien de genre (noir, péplum, western), Nicholas Ray se plaît à utiliser les codes en usage pour mieux les détourner avec cette dynamique anticonformiste qui caractérise son cinéma. À l'ombre des potences ne fait pas exception dans cette entreprise à déconstruire les mythes. Ce western méconnu à l’intrigue complexe possède tous les thèmes chers au cinéaste : un héros assagi jouant les pères de substitution, un jeune homme rebelle et vindicatif, une figure féminine exemplaire et tutélaire, une dénonciation des dérives sociales et de l’injustice comme moteur du destin. Magnifiquement filmé en VistaVision (Colorado, Nouveau Mexique, Aztec Ruins National Park) par Daniel Fapp, À l'ombre des potences refuse tout apologie du western : ici point de héros plus grand que nature et souffle épique surfant sur les vertus supposées du genre. Bien au contraire, le récit est traité comme une suite de méprises fâcheuses fondée sur les apparences : scène d’ouverture, le héros au passé trouble, le jeune homme aveuglé par l’ambition, etc. Ici la rédemption n’a pas l’ampleur métaphorique qu’on apprécie chez John Ford et les caractères dépeints ont tout d’hommes et de femmes ordinaires, enchaînés à la faiblesse de leur humanité. Le casting est d’ailleurs à la hauteur de ce western neurasthénique sans personnages vraiment charismatiques : James Cagney, vieillissant (pour qui 1955 est une année faste avec trois grands films), incarne avec son intensité habituelle cet homme désireux de refaire sa vie et qui va devoir s’accommoder de l’existence d’un jeune compagnon fougueux (John Derek). La figure féminine apaisante, clé romanesque des interrogations du héros, est une immigrée suédoise interprétée avec une grande douceur par Vivac Lindfors. À l'ombre des potences sans avoir la virulence et la singularité de Johnny Guitare est néanmoins un film de Nicholas Ray avec tout ce que cela suppose de particularisme dans sa thématique. Malgré les qualités de son scénario et la beauté plastique de ses images en extérieurs, ce western apparaît néanmoins comme plus conventionnel qu’attendu mais qui, sans pour autant décevoir, mérite la vision.

 

Blu ray A l ombre des potences

Commentaire technique

Image : copie HD, restaurée, hormis un générique imprécis, la définition de l’image est bonne mais n’atteint pas la qualité attendue d’un film tourné avec le procédé VistaVision (35 mm à défilement horizontal) dont le format n’est pas respecté 1,78/1 et non 2,00/1, le contraste, qui est bon et mesuré mais pas homogène, respecte les éclairages savants de certains cadrages, le grain argentique est perceptible, l’étalonnage chaud, la colorimétrie nuancée, aux tons parfois affadis

Son : mixage anglais 2.0 monophonique clair et possédant une belle dynamique pour les ambiances qui sont bien équilibrées avec les dialogues, pas de distorsion et autre défaut, spectre assez large, pas de grave; la VF 2.0 mono est nettement datée avec des voix moins fondues dans les ambiances

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile griseetoile griseetoile grise(2/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0048570/

 

Combo Blu-ray/DVD et DVD disponibles sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework