Mademoiselle de Joncquières : un régal pour les yeux et les oreilles ! (en DVD et VOD)

DVD Mademoiselle de Joncquieres 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)

Synopsis

Madame de La Pommeraye, jeune veuve retirée du monde, cède à la cour du marquis des Arcis, libertin notoire. Après quelques années d’un bonheur sans faille, elle découvre que le marquis s’est lassé de leur union. Follement amoureuse et terriblement blessée, elle décide de se venger de lui avec la complicité de Mademoiselle de Joncquières et de sa mère...

LA SUITE APRÈS LA PUB

• Titre original : Mademoiselle de Joncquières
• Support testé : DVD
• Genre : drame, romance
• Année : 2017
• Réalisation : Emmanuel Mouret
• Casting : Cécile de France, Edouard Baer, Alice Isaaz, Natalia Dontcheva, Laure Calamy, Jean-Michel Lahmi, Arnaud Dupont, Alban Casterman
• Durée : 1 h 45 mn 43
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 2,39/1
• Sous-titrage : français
• Piste sonore : Dolby Digital 5.1 français
• Bonus : scènes coupées (3 mn 44) - Aucun regret (2015, 22 mn 05, réalisation Emmanuel Mouret)
• Éditeur : Francetvdistribution

Commentaire artistique

Hormis le choix regrettable d’un support DVD basse définition qui n’est pas à la hauteur technique de la superbe photographie de Laurent Desmet mettant en valeur la somptuosité des décors et des costumes, le film d’Emmanuel Mouret Mademoiselle de Joncquières est un véritablement enchantement cinématographique ! Le scénario écrit par le réalisateur adapte (très librement) un des récits (celui de Madame de la Pommeraye) contenu dans le roman à tiroirs et digressions de Denis Diderot « Jacques le fataliste et son maître », ouvrage paru en 1796 et dont la modernité des questions traitées (morale, sexualité, mis en cause de la religion) issues de la philosophie des Lumières n’est plus à démontrer. Le sujet n’est pas original puisque, déjà, en 1945, Robert Bresson en donna une interprétation modernisée et magistrale dans son film Les Dames du bois de Boulogne, que suivirent plusieurs versions pour la télévision (1963, 1984) et pour le cinéma (1993). Cependant la version d’Emmanuel Mouret diffère grandement de celle de son illustre prédécesseur par un développement plus conséquent du personnage de Madame, en respectant mieux la structure narrative de Diderot et en donnant une grande consistance à celui de cette jeune femme appât qu’il individualise contrairement au roman. Fasciné par l’élégance et le brio des rapports de ce couple que forme Madame de la Pommeraye - Cécile de France au naturel confondant - et son amant le marquis des Arcis - excellemment incarné avec spontanéité par Édouard Baer - le cinéaste enchaîne les joutes oratoires de ce duo singulier très représentatif de son temps. Bien que le film soit en costumes, magnifiquement recréés par Pierre-Jean Larroque avec l’intention d’éviter toute reconstitution historique, Mademoiselle de Joncquières (titre inventé) n’a rien du romanesque poussiéreux d’une autre époque : bien au contraire, le tableau impertinent imaginé par le Diderot se révèle d’une saisissante modernité, particulièrement dans l’attitude et les positions de Madame de la Pommeraye, un brin féministe… par nécessité. L’intrigue amoureuse repose sur l’imbrication constante entre le bien et la mal où, paradoxalement, les personnages négatif (la mère et la fille prostituées) ont plus de moralité que les protagonistes socialement exemplaires (les amants aristos libertins). Le choix des comédiens a été déterminant pour parvenir à exprimer ces contradictions : Alice Isaaz et Natalia Dontcheva sont parfaites, l’une en jeune fille séduisante qui cache fort bien son caractère déterminé et l’autre en mère effacée qui n’agit que pour sa fille. La quatrième femme du récit, l’amie de Madame, est jouée avec classe par Laure Calamy : son personnage inventé pour l’écran a été conçu comme celui de l’observateur doté du recul indispensable à l’appréciation de l’histoire. Misant sur l’efficacité du plan-séquence servie à merveille par le jeu élégant des acteurs et la magnifique prose des dialogues, Mademoiselle de Joncquières est une fête pour les yeux comme pour l’intellect. Emmanuel Mouret transpose admirablement l’esprit de Diderot : si l’histoire de vengeance de Madame de la Pommeraye doit être comprise comme une expérimentation fondée sur la duperie, l’auteur se refusant à juger ses personnages, c’est au lecteur/spectateur de se faire son opinion. Une très belle adaptation au rythme mesuré qui mérite d’être vue même si le statisme théâtral des scènes majoritairement dialoguées pourrait rebuter. Troublant et bouleversant.

 

DVD Mademoisellede Joncquieres

Commentaire technique

Image : copie SD, bonne définition mais hélas au format DVD, excellent contraste, étalonnage lumineux et chatoyant, colorimétrie vive et nuancées, tons saturés

Son : mixage 5.1 français, dialogues (nombreux) extrêmement clairs, excellente dynamique générale, spatialisation naturaliste aux ambiances discrètement immersives avec quelques moments plus enlevés (carrosses) et une très belle mise en valeur de la partition classique empruntée à Haendel, Vivaldi, Bach et Scarlatti

LA SUITE APRÈS LA PUB

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)
Mixage sonore : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt7530986/

 

DVD disponible sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework