La Forme de l’eau 4K : l’étrange créature de Guillermo del Toro (en UHD, Blu-ray, DVD et VOD)

UHD La Forme de l eau 000

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5).

Synopsis :

Modeste employée d'un laboratoire gouvernemental ultrasecret, Elisa mène une existence solitaire, d'autant plus isolée qu'elle est muette. Sa vie bascule à jamais lorsqu'elle et sa collègue Zelda découvrent une expérience encore plus secrète que les autres…

• Titre original : The Shape of Water
• Support testé : UHD
• Genre : fantastique
• Année : 2017
• Réalisation : Guillermo del Toro
• Casting : Sally Hawkins, Michael Shannon, Richard Jenkins, Octavia Spencer, Doug Jones, Michael Stuhlbarg, Nick Searcy, David Hewlett, Nick Searcy, Stewart Arnott
• Durée : 2 h 03 mn 19
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,85/1 Couleur et Noir et Blanc (HR 10)
• Sous-titrage : français, anglais, espagnol, danois, néerlandais, finnois, allemand, italien, norvégien, portugais, russe, suédois estonien, letton, lithuanien, ukrainien
• Pistes sonores : DTS-HD MA 5.1 anglais - DTS 5.1 français, espagnol, allemand, italien, russe - Dolby Digital 5.1 portugais, ukrainien
• Bonus sur le Blu-ray : Un conte de fées pour temps agités (28 mn 55) - anatomie d'une scène : le prologue (3 mn 14) - anatomie d'une scène : la danse (4 mn 50) - Donner forme aux vagues : Une conversation avec James Dean (5 mn 05) - La Masterclass de Guillermo Del Toro (13 mn 27) - bandes annonces cinéma (6 mn 55)
• Blu-ray du film et les bonus - copie digitale au format Digital HD - D-Box Motion Code (signal spécifique pour système de vibration synchronisé)
• Éditeur : 20th Century Fox Entertainment

Commentaire artistique

Lion d’or à Venise et premier film fantastique à remporter un Oscar, La Forme de l’eau ne surprendra pas les cinéphiles amateurs de surnaturel : quoiqu’en disent ses auteurs, le film apparaît comme une suite modernisée d’un classique du genre L’Étrange créature du lac noir (1954) avec son thème très similaire, archi-exploité, de la Belle et de la Bête et sa créature amphibie à l’apparence tout de même assez comparable en tenant compte de l’évolution des SFX (en 1989 Abyss de James Cameron fut plus inspiré). D’ailleurs il est indiqué dans le film que l’humanoïde aquatique aurait été capturé dans une rivière d’Amérique du sud précisément où se situait le film de Jack Arnold ! La seule grande différence est narrative puisque le récit est déplacé de la jungle en milieu urbain à Baltimore. Bien évidemment le style de Guillermo del Toro et l’apport des nouvelles techniques (notons cependant que le film de 1954 a été tourné en 3D !) confèrent à La Forme de l’eau son identité artistique propre. Le tournage au Canada a été presque totalement réalisé en studio et le film bénéficie d’une belle partition musicale mêlant la musique suggestive écrite par Alexandre Desplat (Oscar) à de nombreux standards de jazz des années 60, époque du récit où l’on reconnaîtra aussi « La javanaise » écrite par Serge Gainsbourg en 1963. Quelles que soit les références et allusions nombreuses que l’on peut déceler dans son film, Guillermo del Toro parvient toujours à nous surprendre agréablement par son inventivité visuelle associée à une certaine grâce poétique. L’étrangeté de son histoire ne repose pas que sur l’apparence très sophistiquée de sa créature (cf. Master Class donnée en bonus) : l’incroyable fluidité de son ballet de caméras, ses décors insolites voire fantasmagoriques et ses superbes recherches colorimétriques installent une ambiance fascinante qui n’est pas sans rappeler le travail de Terry Gilliam et de Jean-Pierre Jeunet. Mais l’ambiance ne suffirait pas sans une galerie de personnages captivants. C’est tout d’abord le couple romanesque de la « la belle et la bête » avec une héroïne fragile, muette et empathique jouée avec délicatesse par Sally Hawkins et une créature dotée d’une profonde humanité incarnée par Doug Jones. Et comme dans toute histoire bien construite, il faut compter sur les méchants et les amis. Ainsi Michael Shannon compose à merveille l’odieux colonel, stéréotype jubilatoire de l’affreux de service, tandis que Richard Jenkins, en voisin artiste ultra compréhensif, et Octavia Spencer, en collègue de ménage pittoresque et sympa, seront les soutiens inconditionnels de l’héroïne. Dans des rôles secondaires on appréciera aussi Michael Stuhlbarg en scientifique et espion bienveillant (l’action se situe en pleine Guerre Froide) et Nick Searcy en inénarrable caricature de général. On pourra peut-être reprocher une tendance à cataloguer les profils mal intégrés socialement dans les années 60, handicapé, noir, homosexuel, un tableau destiné à pointer les injustices et les tensions sociales de l’Amérique de JF Kennedy, Lyndon Johnson et Martin Luther King. L’excellente idée de scénario est d'avoir su préserver la part de mystère de l’amphibien, capable de vivre momentanément hors de l’eau et doté de dons magiques, et de la jeune femme muette que certains détails semblent liée au milieu aquatique. Bien écrit, bien joué et possédant un style visuel et poétique incontestables, La Forme de l’eau est un film de genre extrêmement plaisant. Méritait-il un Oscar du meilleur film ? Oui et non : oui pour saluer enfin l’immense talent de son réalisateur, non eu égard à ses concurrents (Call Me by Your Name, 3 Billboards, Phantom Thread) et aux œuvres antérieures bien supérieures du cinéaste (Le Labyrinthe de Pan). Divertissant et esthétique.

 

UHD La Forme de l eau

Commentaire technique

Image : copie UHD, très belle définition, surtout sur le piqué des détails et des textures, quoique le format 4K non natif résulte d’une mise à l’échelle (tournage Arri Alexa, Master Format 2K), bon contraste très bien maitrisé, étalonnage assez dense et chaud, colorimétrie homogène, chatoyante, très nuancée (HR 10) avec de belles nuances de vert et de bleu, tons saturés

Son : mixage anglais 5.1 (pas de codages Atmos, DTX ou Auro 11.1), dynamique, clair, dialogues centrés très présents et intelligibles, spatialisation ample mais sans hypertrophie, ambiances bien réparties sur des surrounds efficaces (notamment sur les sons de liquides), LFE occasionnels et solides ; la VF, qui n’est pas lossless, est soignée mais manque d’ouverture

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile griseetoile grise(2,5/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt5580390/
Site officiel en anglais : http://www.foxsearchlight.com/theshapeofwater/

 

Combo UHD/Blu-ray, BRD, DVD disponibles sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework