icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube      

[Test] Les Dali Ikon 1MKII contre les Zensor 5 : compacte contre colonne.

 

Dali Zensor5 vs Dali Ikon1MKII 1

La marque danoise Dali propose plusieurs gammes d’enceintes dont certains modèles sont assez proches en prix. Ainsi pour une somme presque équivalente par exemple, Dali offre le choix entre un modèle compact l’Ikon 1 MKII et une colonne la Zensor 5. La première est équipée du fameux double tweeter HTM à ruban, la seconde non, alors que faut-il choisir ? Nous avons donc comparé les deux pour vous.

2013 marque le trentième anniversaire de la marque danoise Dali qui se créa donc en 1983. Les premiers modèles 40 et 40 SE furent des enceintes assez traditionnelles, totalement électrodynamiques donc, il a fallu attendre la sortie de la gamme Megaline 13 ans plus tard pour voir apparaître les toutes premières séries qui combinaient cette même technique avec des transducteurs à ruban pour les hautes fréquences. En 2002, la série Euphonia amorça un changement avec le principe toujours d’actualité aujourd’hui, à savoir un haut-parleur d’aigu combinant les deux technologies (ruban et dôme) au sein d’une même pièce, principe appelé HTM par les concepteurs. La série Ikon vit son arrivée il y a 3 ans, un gros succès s’en suivit, car elle emporta le concours Eisa dans la catégorie enceinte 2010/11. Plus récemment, Dali offrit une toute nouvelle gamme avec la série Zensor dont le modèle colonne 5 d’aujourd’hui, une petite colonne facilement logeable. Cette série comprend aussi une autre colonne mais plus imposante avec la 7, un modèle compact 1 qui sera bientôt suivi par la Zensor 3 qui devrait voir le jour d’ici peu. Nous avons donc dans le catalogue de ce constructeur danois, un modèle compact Ikon 1MKII et une colonne Zensor 5 qui, au niveau prix sont assez proches. Alors que faut-il choisir et pour quel usage ? Nous avons donc comparé les deux modèles et tenté de répondre à cette question, question qu’un futur acheteur est en mesure de se poser avant son choix définitif.

L’Ikon 1MKII : le ruban au service du dôme

L’Ikon 1MKII se présente sous la forme d’une enceinte compacte à poser sur des pieds lourds de préférence dont la hauteur entre 50 et 60 cm sera à déterminer suivant la position de l’auditeur. Des modèles comme Les Nordost Stylum (à remplir de sable) ou les Atacama Nexus feront parfaitement l’affaire pour un prix encore raisonnable (autour de 100 € la paire). En haut de cette enceinte, nous trouvons le fameux double HP d’aigu (technologie HTM) qui combine un super tweeter à ruban de 17 mm par 45, secondé juste en dessous par un dôme souple en textile de 28 mm de diamètre, la coupure étant fixée à 14 kHz. Dali a tout simplement souhaité associer les qualités des deux technologies. Le ruban est effectivement choisi pour ses capacités de vélocité, de transparence mais surtout par son pouvoir  à monter très haut en fréquence (mais avec une certaine directivité). Ceci expliquant la hauteur de la coupure (14 kHz) avec l’autre tweeter, qui lui est un dôme souple en soie traitée avec aimant en néodyme. Ce dernier, plus traditionnel, acceptera des puissances plus élevées sans broncher et sera moins directif aussi. L’arrière de ce dernier est fermé par un bloc d’ailettes de refroidissement. Ces deux tweeters sont montés au sein d’une même pièce mécanique, solidement fixée à la face avant par six vis à tête BTR.

En dessous de 2.5 kHz, un haut-parleur de médium/grave prend le relai. Il s’agit d’un 13 cm de diamètre avec une membrane à base de papier mixé avec de la fibre de bois, ce qui en explique la couleur. Cette technique d’alliage est aujourd’hui utilisée sur tous les modèles de la marque car offrant des propriétés de rigidité structurelle, de faible masse et d’amortissement qui améliorent le comportement du cône. La suspension est de type demi-rouleau en caoutchouc synthétique choisi après bien des heures d’écoute. Il contrôle parfaitement les excursions de la membrane tout en la protégeant contre les ondes stationnaires fleurissant au centre de cette dernière. Le châssis est formé de branches fines d’aluminium avec larges baies d’aérations garantissant une très faible perte d’énergie au niveau de la membrane. La charge arrière des Ikon 1MKII est de type bass-reflex avec évent débouchant vers l’arrière, au milieu du bornier de connexion. L’emplacement de la sortie de cet évent n’est pas critique, ces enceintes pouvant être utilisées près du mur arrière si l’on désire plus de niveau dans le grave. Il est à noter que Dali a choisi un câble de plus forte section pour ce registre par rapport aux deux tweeters. La face avant, celle qui reçoit les trois HP est renforcée par une épaisseur plus importante que le reste de la caisse comme le nombre important de vis à tête BTR pour un serrage optimal des HP sur cette face avant. Le filtre a été dessiné pour garantir une courbe d’impédance la plus linéaire possible, ce qui facilitera le travail des amplificateurs associés.

Spécifications Ikon 1 MKII

  • Type : 3 voies, basse reflex
  • HP : 1 x 17 mm par 45 à ruban, 1 x 28 mm dôme textile, 1 x 13 cm médium/grave
  • Réponse en fréquence : 41 Hz à 30 kHz
  • Sensibilité : 86 dB
  • Impédance nominale : 6 Ω
  • Puissance recommandée : de 20 à 100 watts
  • Coupures du filtre : 2.5 kHz et 14 kHz
  • Dimensions : 327 x 150 x 260 mm (HxLxP)
  • Poids : 4.8 kg pièce
  • Prix : 720 € noire et noyé clair et 880 € la paire finition laquée blanche

Les Zensor 5 : des proportions idéales

La Zensor 5 est une enceinte plus classique techniquement car ne possédant pas ce double tweeter HTM. C’est une élégante petite colonne de 82,5 cm de haut qui repose sur une sorte de cadre en aluminium qui sert d’embase pouvant recevoir quatre pointes pour une mise à la terre mécanique de l’enceinte sur le sol. Tout le corps du cabinet est, suivant les finitions : frêne noir, noyer ou blanc en vinyle mat alors que la face avant est plus brillante : l’effet visuel est garanti et les proportions idéales. En haut et collé à l’un des deux médium/grave à une distance bien définie, nous découvrons un tweeter à dôme de 25 mm de diamètre avec diaphragme en soie souple, ultra léger (0.056 mg par mm2). Il est amorti en sa partie arrièreet est positionné au centre d’une légère amorce de pavillon afin de concentrer le flux des ondes sonores pour un meilleur rendement. Son moteur de forte capacité laisse à penser que cette enceinte encaissera de fortes puissances. La bobine mobile est de type quadruple couches avec un conducteur en aluminium recouvert d’une légère couche de cuivre. Juste en dessous et alignés à la verticale, deux 13 cm ont la charge des registres médium et grave. La même technique de membrane en papier à grains orientés mixé à des fibres de bois reste identique à celle utilisée pour les Ikon 1MKII, comme pour toutes les enceintes de ce constructeur. Idem pour la suspension de cette même membrane en caoutchouc demi-rouleau. En revanche, on note que les saladiers n’atteignent pas la qualité de ceux des modèles IkonII. Aux modèles très aérés avec branches en aluminium minces des IkonII, il semble bien que Dali ait jeté son dévolu sur un métal moins onéreux, une sorte de Zamac par exemple à baies plus larges. En soupesant les deux, la différence est nette. L’ébénisterie est aussi plus simple ; pas de face avant doublée mais Dali a disposé deux renforts internes à des endroits stratégiques pour éviter toutes résonances parasites internes.

Le filtre à de 6 dB par octave est monté directement à même le bornier de raccordement. Dali tient beaucoup à produire des enceintes avec des courbes d’impédances les plus régulières possibles afin de d’offrir aux amplificateurs associés une moindre difficulté à les faire fonctionner. Celle des Zensor 5 par exemple ne descend pas en dessous des 5 ohms.

En fin de description, il ne reste qu’à féliciter Dali pour la qualité de fabrication, le soin du montage comme les solutions techniques retenues, le tout pour un budget plus que raisonnable que ce soit avec les Ikon1 MKII qu’avec le Zensor 5. Conçues et totalement fabriquées en Europe, au Danemark, c’est plutôt rassurant.

Spécifications techniques Zensor 5

  • Type : 2 voies, basse reflex
  • HP : 1 x 25 mm dôme textile, 2 x 13 cm médium/grave
  • Réponse en fréquence : 43 Hz à 26.5 kHz
  • Sensibilité : 88 dB
  • Impédance nominale : 6 Ω
  • Puissance recommandée : de 30 à 150 watts
  • Coupures du filtre : 2.4 kHz
  • Dimensions : 825 x 162 x 267 mm (HxLxP)
  • Poids : 10.3 kg pièce
  • Prix : 660 € la paire, finition noire, blanche (mat) et noyé clair

Ecoute

Pour effectuer cette comparaison, nous avons positionné les Ikon 1MKII sur nos pieds Dynaudio remplis de sable et pourvus de pointes. Nous avons ensuite placé un amplificateur plus en rapport avec le budget de ces deux enceintes, en l’occurrence un amplificateur numérique DDA-100 qui développe une puissance entre 50 et 75 Ω suivant l’impédance des enceintes. Côté des sources, nous avons alterné les écoutes entre notre lecteur Cambridge Azur 650BD en sortie numérique (avec câble numérique maison) et un PC avec câble Wireworld Ultraviolet. Pour les câbles d’enceintes, et toujours en rapport avec le budget des deux modèles Dali, un modèle Audioquest Type 4 s’est avéré tout à fait adapté par son absence de caractère marqué, donc, sa polyvalence (ancien modèle vendu au mètre).

Tout d’abord, il convient de dire qu’avec l’un comme l’autre de ces deux modèles Dali, nous sommes tombés sous le charme de leurs caractères ouvert, vivant, spontané qui laisse à penser que ce constructeur cherche avant tout des enceintes avant tout faciles à vivre. Même des différences existent bel et bien entre les Ikon 1MKI et les Zensor 5, tous deux ont affiché, à la fois une très belle qualité des timbres, riches et chatoyants, et une aussi belle cohérence globale sur toute la largeur de la bande passante.

Archie-Shepp-Quartet-Deja-vu

Commençant par le disque d’Archie Sheep Quartet Déjà Vu (fichiers 24/96 kHz) et avec les Ikon 1MKII, le piano du début est très bien timbré avec beaucoup de richesses dans les harmoniques hautes. Le jeu est très fluide, filé, léger même si on sent que l’on a bien affaire à une enceinte compacte qui a tendance à limiter le niveau dans le registre bas. C’est remplacé ici par une articulation des notes assez extraordinaires. Le saxophone d’Archie Sheep offre un grand nombre de détails. On perçoit tous les bruits de hanche et le côté "métal" de cet instrument avec acuité. L’image stéréophonique est plus précise dans le positionnement des instrumentistes que profonde et dense. La transparence fait la part belle à la profondeur des champs sonores. Pour acquérir cette profondeur, il faut passer au Zensor 5, qui immédiatement offre une scène plus large et plus confortable. Le piano gagne en majesté avec des octaves graves mieux restituées où du tout moins avec plus de niveau. Idem pour le saxophone qui gagne en corps donc en puissance. Nous le comprenons dès maintenant, la grosse différence se fera à ce niveau et entraînera aussi d’autres modifications comme une image stéréophonique, certes moins précises mais plus vaste avec les Zensor 5.

Claire Diterzi-Boucle

Même constatation sur l’excellent disque de Claire Diterzi Le Salon des Refusés (Naïve Records) et son morceau Riders on the Storm, une reprise du groupe The Doors. Avec les Zensor 5, une très belle ambiance s’installe au sein d’une image d’une grande densité. Ces enceintes et malgré leur budget nous offrent une belle définition dans le grave comme l’atteste les frappements de tambour bien distincts et précis. On ne peut s’attendre à un niveau réaliste de cet instrument vu la taille de ces petites colonnes, mais on apprécie la dynamique de ce registre qui ne souffre qu’aucun son artificiel et coloré. L’écoute s’effectue avec facilité, sans dureté aucune, ni agressivité. C’est très réussi. Passant au modèle Ikon 2MKII, on arrive à percevoir plus de détails dans les régions médium/aigu. Le préambule musical Branle du Lazio fourmille de mille détails installés dans un espace sonore très transparent. La voix de Claire Diterzi est timbrée plus haut comme si un éclair de lumière tombait sur sa voix. Les effets de réverbérations sont plus nets, comme les attaques de notes des baguettes du batteur sur les cymbales. On gagne en mordant incontestablement sur ce point avec les Ikon sans pour autant noter une quelconque tristesse ou manque dans le haut des Zensor 5. L’exemple est flagrant avec la boîte à musique du début de morceau. Le son des lames de métal, comme les attaques des notes d’ailleurs sont plus nettes avec les Ikon 2MKII, cependant en passant au Zensor 5, une quelconque frustration n’est pas de mise.

Anne-Sophie Mutter-Beethoven Violin Concerto-Romances

Dernier exemple avec la violoniste Anne-Sophie Mutter jouant des œuvres de Beethoven avec le New York Philharmonics dirigé par Kurt Masur (Deutsch Grammophon). La restitution de cet instrument assoit ces différences. Il semble qu’avec le Zensor 5, celui-ci est timbré plus bas avec plus de corps, mais en revanche, les attaques de notes sont moins franches et précises. Malgré cela, les Zensor 5 et on ne le dira jamais assez, ne se montrent pas éteintes dans le haut loin de là. Même si elles ne montent pas aussi haut en fréquences, le haut du spectre est lumineux à souhait. La seconde différence entre ces deux modèles s’affiche avec la présence scénique de tout l’orchestre. Les Zensor 5 mettent plus en avant le jeu entre ce dernier avec la soliste alors qu’avec les Ikon 2MKII l’interprétation d’Anne-Sophie Mutter semble privilégiée. Certes, personne ne peut s’attendre avec des enceintes compactes à obtenir des niveaux dans les basses, rendant hommage aux derniers pupitres, mais la précision dans ce registre des Ikon est tout à fait convaincante. Elles ne vont pas faire semblant par un gonflement artificiel de ce registre, elles respecteront la philosophie générale de Dali qui prône la neutralité contre tous colorations abusives.

Alors face à cette comparaison, il sera difficile de départager ces deux modèles Dali. Nous aurons envie de dire que tout d’abord, les Ikon 1MKII se satisferont d’une pièce d’écoute plus petite alors qu’il faudra plus d’espace pour les Zensor 5. Au-dessus de 20 mètres carré, ces dernières trouveront meilleure grâce à vos oreilles alors que dans une pièce plus petite, les Ikon feront des merveilles. Au niveau des amplificateurs, ces deux enceintes se satisferont des mêmes puissances, seule la nature de la sonorité (plus claire ou plus doux) sera le vrai guide. Nous pouvons très bien imaginer un Cambridge Azur 351A avec les Zensor 5 et un BC Acoustique BC-212 avec les Ikon 1MKII par exemple. En tout cas, l’une comme l’autre nous ont franchement convaincues par leur musicalité très joyeuse et vivante. Elles se révèlent un choix incontournable dans cette gamme de prix. Et pour le choix qui serait guidé par le type de musique écoutée, nous insistons sur le fait que, quand une enceinte est bonne, elle l’est pour tout type de musique.

Site du constructeur en français : www.dali-speakers.fr

 


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Mots-clés: Dali

Comments est propulsé par CComment

Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework