PUBLICITÉ
  • Jean-Pierre Robert
  • Musique

CD : Cyprien Katsaris joue les transcriptions pour piano de musiques de Saint-Saëns

Cyprien Katsaris Saint Saens

Infatigable devant l'instrument, Cyprien Katsaris ajoute un nouveau jalon à une discographie enviable, et assurément un challenge : les transcriptions pour le piano d’œuvres de Saint-Saëns, commises par le compositeur ou d'autres musiciens, auxquelles il ajoute souvent une note personnelle, pour être encore plus près du texte d'origine. Une manière d'enrichir de manière originale les parutions, pas si nombreuses, de l'année anniversaire 2021.

L'art de la transcription n'est pas chose aisée. À propos de celle de la Danse macabre de Saint-Saëns, Liszt avouera à son auteur « à l'impossible nul n'est tenu. Jouer de l'orchestre sur le piano n'est encore donné à personne ». Interpréter ces morceaux et donner l'impression de restituer la richesse des sonorités originales relève sans doute d'une mission presque impossible. C'est sans compter sur la boulimie légendaire de Cyprien Katsaris. Il relève le défi haut la main. En donnant un panorama complet des arrangements qu'ont connu plusieurs œuvres de Saint-Saëns. La plus célèbre est celle du Carnaval de animaux, due à Lucien Garban. La ''Grande fantaisie zoologique'' que son auteur ne voulut pas voir jouer ni publier de son vivant, connaît ici une lecture qui n'entame en rien son caractère humoristique (''Tortues'', ''Kangourous''), ou poétiques (''Aquarium'', ''Le Cygne''). Plus étonnante est la transcription de la Symphonie N°3 op.78 ''avec orgue'', due à Percy Goetschius, professeur de composition américain. La réduction pour deux mains tient du prodige et il est piquant de se rappeler que ladite symphonie avait été dédiée à Liszt, un magicien de l'instrument. Une manière lisztienne est d'ailleurs privilégiée dans le premier mouvement jusqu'à une sorte de martèlement à l'heure des grands climax du développement, comme au début de la deuxième partie de l’œuvre, en forme de scherzo, le piano sonnant avec un énergique éclat. Le Poco adagio, ici dans la transcription de Gustave Samazeuilh choisie par Katsaris, voit sa belle et austère cantilène traduite dans les arabesques de la main droite. Plus tard, l'entrée de l'orgue au mitan du finale par un grand accord, prélude à un jeu vibrionnant dans le registre aigu contrastant avec des accords assénés avec force dans le grave. La fugue finale, déjà phénoménale, est encore enjolivée par le pianiste et jouée avec un usage non avare de la pédale. Sensation forte assurée !

LA SUITE APRÈS LA PUB

Autre œuvre majeure à connaître les feux de la transcription, le Concerto pour piano N°2 op.22 écrit en 1868. Elle est de la main de Georges Bizet, conçue la même année. Là encore fidèle au texte, à sa haute virtuosité depuis sa longue introduction majestueuse, confiée dans l'original au seul piano, jusqu'à son finale presto mené ici à train d'enfer dans une avalanche de notes en forme de course-poursuite, en passant par un scherzo virevoltant, une des pages les plus inspirées de Saint-Saëns. Pour corser l'affaire, le pianiste franco-grec a encore ajouté des traits hyper virtuoses et adopté une manière de jouer confiant souvent la partie de piano à la main droite et tout l'appareil orchestral fort riche à la main gauche. 

Saint-Saëns a conçu plusieurs transcriptions de ses propres œuvres. Ainsi de l'Hymne à Victor Hugo op.69, poète tant admiré, pièce grandiloquente à force de se vouloir grandiose, de la Bacchanale extraite de Samson et Dalila, morceau de bravoure dont la réduction pour piano restitue la flamboyance, ou encore de la fantaisie pour piano et orchestre Africa, op.89, dans une version pour piano seul, à la teinte orientaliste, évoquant quelque pièce rhapsodique de Liszt. Cyprien Katsaris a fort opportunément ajouté la version pour piano seul de l'Allegro appassionato op.70 ainsi que deux valses. 

De la Danse macabre, la transcription de Liszt du poème symphonique op.40 avive redoutablement le tempo de valse entêtante, sollicitant l'aigu de l'instrument. On est là au-delà de la technique la plus démonstrative, que Katsaris enrichit d'un grain de diabolisme de son cru. L'album offre enfin une absolue rareté : la musique conçue par Saint-Saëns pour le film L'Assassinat du Duc de Guise, son opus 128. Il s'agit de la première musique de film jamais commandée à un compositeur pour un film muet en noir et blanc. Celui-ci, intitulé ''Pièce cinématographique'', selon l'affiche, sera réalisé par André Calmettes et Charles le Bargy, et produit par Le film d'Art. Il connaît sa première projection le 17 novembre 1908. Il est interprété notamment par trois artistes de la Comédie Française, initiatrice du projet de film. À 73 ans, Saint-Saëns écrit une musique riche, collant au scénario en cinq tableaux de cette tranche d'histoire opposant le roi Henri III au Duc de Guise. La réduction au piano de Léon Roques suit de près l'original pour ensemble instrumental. La présente exécution, qui accompagne une restauration du film effectuée en 2020, qu'on peut voir sur le DVD inclus dans le coffret, est aussi magistrale qu'inédite.  

Au long de ce périple pianistique peu ordinaire, Cyprien Katsaris gratifie l'auditeur de sa fabuleuse maîtrise et d'un sens certain de l'à-propos en termes d'arrangements supplémentaires. Il bénéficie d'une prise de son, à l’Église Évangélique Saint-Marcel à Paris, approchant l'acoustique du concert, l'instrument, un Bechstein D, magistralement saisi dans toutes ses harmoniques.

Texte de Jean-Pierre Robert 

Écouter des extraits

LA SUITE APRÈS LA PUB

Plus d’infos

  • Camille Saint-Saëns : transcriptions pour le piano de :
  • Le Carnaval des animaux, op. Posth, Symphonie N°3 op.78, ''pour orgue'', Concerto pour piano N°2, op.22, Hymne à Victor Hugo, op.69, Bacchanale, ext. de Samson et Dalila op.47, Africa, op.89, Allegro appassionato, op.70, Danse macabre, op.40
  • Valse canariote, op.88. Valse nonchalante, op.110. L'Assassinat du Duc de Guise, op.128
  • Cyprien Katsaris, piano
  • 2 CDs + 1 DVD Piano 21 :  P21 064-N (Distribution : Socadisc)
  • Durée des CDs : 77 min 45 s + 69 min 36 s (du DVD : 17 min)
  • Note technique (CD) : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue (5/5)

CD et MP3 disponibles sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Camille Saint-Saëns, Cyprien Katsaris

PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus