PUBLICITÉ
  • Jean-Pierre Robert
  • Musique

CD : Le pianiste Víkingur Ólafsson met Mozart en perspective

Mozart Olafsson

Le pianiste islandais Víkingur Ólafsson (*1984) a déjà derrière lui une carrière d'une étonnante diversité. Ne serait-ce qu'à l'aune des compositeurs joués : de Bach à Debussy, de Rameau à Philip Glass. Cette culture de l'éclectisme lui a valu de signer en 2016 un contrat avec le label DG dont le présent CD est le quatrième opus. Il aborde cette fois Mozart, avec un choix de pièces tout personnel, qu'il adosse à d'autres empruntées à quelques contemporains, dans un programme d'une réelle originalité concrétisant un certain goût du défi.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Il le décline à deux niveaux. Il l'applique d'abord aux œuvres ou fragments d’œuvres choisis de Mozart. Ce sont des compositions des années 1780, celles d'« un homme adulte et d'un compositeur parvenu à la maturité après avoir connu l'adversité », souligne-t-il dans l'étude très fouillée qu'il a lui-même rédigée, sous le titre ''A bird of a different feather''/Un oiseau d'une plume différente. « Une période infiniment fascinante d'un Mozart non seulement compositeur mais aussi pianiste virtuose, non seulement perfectionnant la tradition classique mais aussi la subvertissant subtilement ». Il en va, selon Ólafsson, des petites pièces retenues ici. Comme les Rondo K 485 et K 494 ou la Fantaisie en Ré mineur K 397 et son goût de l'improvisation combiné à une profondeur de ton abyssale, ou encore la Kleine Gigue K 574 « un petit miracle d'ingénuité ». Mais également de deux sonates pour piano particulières à ses yeux. La Sonate N°16 K 545 dite ''Sonate facile'' (1788), soi-disant destinée aux débutants, en fait écrite pour raisons économiques, et contemporaine des trois dernières symphonies, donc dans un style qui n'a sans doute rien de ''facile''. Quant à la Sonate N°14  K 457 en Ut mineur, dédiée par Mozart à son élève Theresa von Trattner, elle cultive « une grande et théâtrale tragédie » et des contrastes dynamiques qui, selon la pianiste, annoncent Beethoven. Ólafsson a encore arrangé un morceau cher à son cœur : l'adagio du Quintette à cordes K 516 « un moment de grâce et de consolation », effectivement en évidence dans le second thème. Il conclut son parcours mozartien par le motet Ave verum corpus K 618, dans la transcription de Liszt, un poignant adagio qui vous aspire vers le ciel.

L'originalité ne s'arrête pas là. Ólafsson choisit de mettre en perspective les pièces susdites de Mozart avec celles de musiciens contemporains. Le choix est tout aussi singulier et a pour dessein d'aménager des transitions pour le moins inédites. La sélection, parfaitement assumée, appelle CPE Bach, Joseph Haydn, et plus curieusement Cimarosa et Galuppi. Une sorte « d'écho d'une période », explique-t-il, ces quatre musiciens représentant la coexistence de différentes valeurs esthétiques, même si les deux italiens « plus distants, sans liens directs significatifs avec Mozart, appartiennent au même écosystème de la musique du XVIIIème siècle ». Il joue ainsi deux pièces du vénitien Baldassare Galuppi (1706-1785) empruntées à ses sonates pour piano, dont le Laghetto de la Sonate en Do mineur et ses arpèges hypnotiques, précédant avantageusement le début de la Sonate K 457. Du napolitain Cimarosa, il a lui-même arrangé deux courtes sonates offrant une sorte d'arioso dans le ton du lamento. Le Rondo II en Ré mineur de CPE Bach, tiré des Six sonates de clavier pour connaisseurs et amateurs, d'un style avoisinant celui de Mozart, lui est apparu « un choix irrésistible », quoique dans une approche différente. Tout comme lui est indispensable la Sonate N°47 en Si mineur de Haydn car cette « œuvre passionnante semble porter en elle-même les graines du Romantisme tout en conservant le sens de la majesté baroque ».

On l'aura compris, le pianiste islandais s'avère un maître de la rhétorique musicale, de par une solide culture. Au-delà d'un étalage de connaissances, qui n'évite pas toujours l'égocentrisme, on le suit car la démarche est solidement argumentée. Comme un Teodor Currentzis à la baguette, il fait partie de ces artistes de la jeune génération qui ont à dire et le proclament haut et fort. Il est tout autant un interprète passionnant. On est saisi d'emblée par l'aisance, quel que soit le morceau abordé. On sait Mozart finalement plus difficile à jouer qu'il y paraît. L'anecdote de la sonate dite facile n'est pas un vain mot. Ólafsson partage en égale valeur l'élégance du phrasé, le sens des proportions, l'art de la transition, la légèreté dans les passages rapides comme la délicatesse dans les tempos modérés. Son Mozart offre un équilibre comme inné entre mélodie et contrepoint, loin de toute affectation. S'il pousse loin les contrastes, il ne cherche pas pour autant à donner l'impression de cultiver le beau son, encore moins à privilégier une approche qui ne serait qu'étalage de dispositions hors du commun. Pour le paraphraser, la consistance de son pianisme possède la légèreté d'une plume.  

L'enregistrement, dans le Harpa Concert Hall de Reykjavik, offre un étonnant relief, le piano saisi dans une ambiance séduisante. Le naturel de la captation est à l'égal de la spontanéité de l'interprétation. Voici l'exemple d'une prise de son ''musicale'' qui justement s'efface derrière le pianiste et son instrument.

Texte de Jean-Pierre Robert

Plus d’infos

  • ''Mozart & contemporaries''
  • Wolfgang Amadeus Mozart : Rondo K 494. Fantasia K 397. Rondo K 485. Kleine Gigue K 574. Sonate pour piano N°16 K 545 ''Sonate facile''. Adagio extr. du Quintette à cordes K 516 (arr. Víkingur Ólafsson). Sonate pour piano N°14 K 457. Adagio K 540. Ave verum corpus K 618 (arr : Víkingur Ólafsson)
  • Baldassare Galuppi : Andante spiritoso (extr. de la sonate pour piano N°9). Larghetto (extr. de la sonate pour piano N°34)
  • Carl Philipp Emanuel Bach : Rondo II en Ré mineur
  • Domenico Cimarosa : Sonate N°42. Sonate N°55
  • Joseph Haydn : Sonate pour piano N°47 en Si mineur
  • Víkingur Ólafsson, piano
  • 1 CD Deutsche Grammophon : 486 0525 (Distribution : Universal Music)
  • Durée du CD : 84 min 01 s
  • Note technique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rouge (5/5) 

CD, MP3 et vinyle disponibles sur Amazon

LA SUITE APRÈS LA PUB

Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Mozart, Haydn, Baldassare Galuppi, coup de cœur, Carl Philipp Emanuel Bach, Domenico Cimarosa, Víkingur Ólafsson

PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus