PUBLICITÉ
  • Michel Jakubowicz
  • Musique

Concert : programme de musique contemporaine polonaise à Radio France

urbanski krzysztof c lena knutli o
Krzysztof Urbanski

  • Krzysztof Penderecki : Thrène à la mémoire des victimes d’Hiroshima
  • Witold Lutoslawski : Concerto pour orchestre
  • Karol Szymanowski : Stabat Mater opus 53
  • Simona Saturova (soprano), Katharina Magiera (alto), Adam Plachetka (baryton)
  • Chœur de Radio France
  • Edward Caswell, chef de chœur
  • Orchestre Philharmonique de Radio France
  • Hélène Collerette, violon solo
  • Krzysztof Urbanski, direction
  • Vendredi 15 octobre 2021, à 20 h
  • Auditorium de Radio France
    www.maisondelaradioetdelamusique.fr

Un concert 100% polonais donné par l’Orchestre Philharmonique de Radio France placé sous la direction de Krzysztof Urbanski.

LA SUITE APRÈS LA PUB

C’est avec le terrifiant Thrène à la mémoire des victimes d’Hiroshima de Krzysztof Penderecki que débutait ce concert entièrement dédié à la musique polonaise. L’œuvre conçue pour cinquante-deux cordes décrit avec une sorte de réalisme stupéfiant, les cris, la terreur, exprimés par les suppliciés sur lesquels s’est abattu un déluge de feu inimaginable, dantesque, dont nul ne peut réchapper. C’est donc en 1961, avec cette œuvre, que Krzysztof Penderecki se trouve soudainement propulsé au premier rang de la création musicale contemporaine de Pologne.

La seconde œuvre de ce concert était le Concerto pour orchestre de Witold Lutoslawski. Ce concerto sera créé le 26 novembre 1954 par le grand chef polonais Witold Rowicki qui créera également en 1961, toujours de Penderecki, Jeux vénitiens. Bien qu’influencé par le très fameux Concerto pour orchestre de Béla Bartok, Witold Lutoslawski démontre que par la richesse de son orchestration et l’éclat de ses idées musicales radicalement personnelles, il est capable de trouver sa propre voie dans ce genre si spécifique que beaucoup de compositeurs contemporains ont tenté de s’approprier (Kodaly, Bacewicz, Hindemith, Malipiero, Escaich). Divisé en trois parties distinctes, le Concerto pour orchestre de Lutoslawski va bientôt s’imposer sur la scène internationale, dès 1954. Witold Lutoslawski devient ainsi la figure de proue de l’avant-garde polonaise musicale de cette période.

La dernière œuvre de ce concert consistait en une œuvre de Karol Szymanowski : son Stabat Mater opus 53. Bien que composé entre 1925 et 1926, ce Stabat Mater de Karol Szymanowski devra attendre le 11 janvier 1929 pour être créé. C’est Grzegorz Fitelberg qui en assurera l’exécution, lui qui créera également les Symphonies N°1 et N°2 de Karol Szymanowski. Ce Stabat Mater de Karol Szymanowski, construit en six parties, irradie une force peu commune, évoquant aussi musicalement la foi orthodoxe, en particulier dans la dernière partie.

Admirable prestation du chef Krzysztof Urbanski, qui sans l’aide d’aucune partition, redonne aux trois compositeurs polonais de ce concert leur force originelle soudainement révélée dans toute leur puissance, grâce à un Orchestre Philharmonique de Radio France des grands jours.

Penderecki, Lutoslawski et Szymanowski, restitués dans toute leur profondeur par un chef inspiré : Krzysztof Urbanski.

Texte de Michel Jakubowicz

 

LA SUITE APRÈS LA PUB

Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Auditorium de Radio France, Orchestre Philharmonique de Radio France, Chœur de Radio France, Karol Szymanowski, Krzysztof Penderecki, Witold Lutoslawski, Simona Saturova, Katharina Magiera, Adam Plachetka, Edward Caswell, Hélène Collerette, Krzysztof Urbanski

PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus