PUBLICITÉ
  • Jean-Pierre Robert
  • Musique

CD : carnets de voyage d'Italie de Marc-Antoine Charpentier

 Charpentier Messe a 4 choeurs

  • ''Messe à quatre chœurs''
  • Marc-Antoine Charpentier : Messe à 4 chœurs, H 4. Symphonie du Kyrie, extr. de la Messe pour les trépassés, H 2. Domine salvum fac regem, H. 285
  • Maurizio Cazzati : Motet à 8 voix et basse continue ''Salve caput sacrosanctum''
  • Francesco Cavalli : Sonata a 12 en ré mineur. Magnificat
  • Tarquinio Merula : Concertato sanza intonatione, pour basse et deux violons
  • Francesco Beretta : Missa Mirabiles elationes maris
  • Guiseppe Giamberti : Similabo eum viro sapienti
  • Orazio Benevoli : Crucifixus, extr. de la Missa Si Deus pro nobis
  • Ensemble Correspondances, dir. Sébastien Daucé
  • 1 CD Harmonia Mundi : HMM 902640 (Distribution : [PIAS])
  • Durée du CD : 79 min
  • Note technique : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue (5/5)

Le programme de cet album retrace le voyage que Marc-Antoine Charpentier est censé avoir effectué à la fin des années 1660 pour rejoindre Rome où il séjournera trois ans. Et tente d'illustrer les influences de la musique de la péninsule sur ses propres compositions, dont la Messe à quatre chœurs. Sébastien Daucé et son Ensemble Correspondances prêtent les talents qu'on leur connaît à cette inattendue mais perspicace reconstitution.

Dans la France musicale du XVIIème siècle éprise de raffinement et de grâce, la musique italienne passait pour trop complexe et éloignée d'une prétendue tradition de simplicité. Peu de musiciens en faisaient cas de ce côté des Alpes. L'un d'eux pourtant, le jeune Marc-Antoine Charpentier, n'hésita pas à braver ce cliché et à se rendre à Rome. Sébastien Daucé a imaginé les étapes de ce voyage, à Bologne, Venise et Crémone. Prétexte à faire entendre des morceaux de figures emblématiques de ces trois villes, avant de s'attarder sur des compositions de musiciens romains. Ainsi, pour l'étape de Bologne, du compositeur Maurizio Cazzati (1616-1678) dont on entend un motet à huit voix avec sa basse continue ''Salve caput sacrosanctum''. À Venise, c'est Francesco Cavalli qui est choisi avec une Sonate à douze parties et surtout son Magnificat. Composé en 1646, ce dernier fait intervenir trois groupes de musiciens dont deux associant voix et instruments et le troisième composé uniquement d'instrumentistes. Ce qui permet de varier les effets entre solistes et effectif complet, diversité dont s'inspirera Charpentier dans ses futures compositions. Enfin Crémone se voit honorée par Tarquinio Merula (1594/95-1665), célèbre maestro di cappella, par son Concertato senza intonatione, basso et due violine, publié en 1652 : une pièce vocale d'une virtuosité inouïe où la voix de basse est mise en valeur.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Parvenu à Rome, Charpentier rencontre nombre de musiciens. Comme Francesco Beretta (ca.1640-1694) dont Daucé fait entendre la Missa Mirabiles elationes maris à seize voix, l'une de ses nombreuses messes. Elle fut préservée grâce au manuscrit qu'en a réalisé précisément Charpentier quelques années après son retour à Paris. L'''Incarnatus est'' est d'une rare intensité dans sa concision et le Sanctus fort allègre. Il rencontrera sans doute aussi d'autres musiciens comme Orazio Benevoli (1605-1672) dont on entend le Crucifixus extrait de sa Missa Deus pro nobis à 4 chœurs, morceau distingué par les interventions des voix de dessus (sopranos).

Le cœur du programme est la Messe à quatre chœurs. À douze voix, elle est écrite deux ans après le retour de Charpentier de son séjour italien, soit au début des années 1670. C'est la seule messe polychorale du XVIIème siècle qui nous soit parvenue. Elle occupe une place particulière parmi les autres messes de son auteur eu égard à ses vastes dimensions et à l'originalité de ses modes de composition. Si Charpentier ne cache pas les influences italiennes, il les inclut dans son propre langage harmonique. La comparaison avec les morceaux de maîtres italiens précédemment entendus montre combien le compositeur français s'est inspiré de leurs pratiques vocales. Les contrastes y abondent, ne serait-ce que par le fait de l'emploi de quatre chœurs qui évoluent indépendamment jusqu'à fusionner en un tout. On admire les savantes architectures sonores, héritées des messes italiennes, au point que Charpentier a exigé de voir installer les divers chœurs selon une disposition en forme de croix pour une meilleure immersion de l'auditeur. Ainsi de la richesse du Kyrie, en particulier dans le second verset, après un ''Christe'' plus apaisé confié aux solistes et à la basse continue. Introduit par les voix de dessus, le Gloria, séquence la plus développée de la messe, rend hommage au raffinement français avec une section ''Domine Deus'' dévolue aux voix masculines de tailles et de basses. Et la fin, lorsque les divers chœurs s'unissent, est impressionnante. Le Credo, lancé par une voix soliste, voit les divers versets passer d'un ensemble choral à l'autre. Si l' ''Incarnatus est'' est confié à l'ensemble choral, le ''Homo factus est'' est dévolu à trois solistes. Au Sanctus et à l'Agnus dei, l'émergence des couleurs italiennes fait tout le prix de cet œuvre à nulle autre pareille.

Elle est servie par une exécution d'anthologie, dans le droit fil de la réussite du précédent album Charpentier des mêmes interprètes, ''Histoires sacrées''. La pureté séraphique des voix aiguës rencontre la transparence des timbres masculins. La douceur des accents rejoint la précision du geste, l'intensité lyrique le dosage des contrastes.

Les enregistrements, à l’Église Protestante Unie du Saint-Esprit, à Paris, offrent une acoustique très aérée, parfaitement en situation. Est recréée la disposition spatiale souhaitée par Charpentier, grâce à une organisation en cercle des divers chœurs et groupes d'instrumentistes, les seconds enveloppant les premiers.

Texte de Jean-Pierre Robert  

CD et MP3 disponibles sur Amazon 

LA SUITE APRÈS LA PUB

Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Marc-Antoine Charpentier, Ensemble Correspondances, Sébastien Daucé, Tarquinio Merula, Francesco Cavalli, Francesco Beretta, Guiseppe Giamberti, Orazio Benevoli

PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus