PUBLICITÉ
  • Jean-Pierre Robert
  • Musique

CD : l'art vocal singulier de Sigismondo D'India

Sigismondo DIndia

  • ''Lamenti & Sospiri''
  • Sigismondo D'India : Madrigaux à une et deux voix sur des poèmes de Giovanni Battista Marino, Ottavio Rinuccini, Gabriello Chiabrera, Francesco Petrarca, Sigismondo D'India, Francesco Braccioloni, Francesco Ferranti
  • Mariana Flores, Julie Roset, sopranos
  • Cappella Mediterranea, clavecin/orgue & dir. Leonardo García Alarcón
  • 2 CDs Ricercar : RIC 429 (Distribution : Outhere Music)
  • Durée des CDs : 1 h 32 min
  • Note technique : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue (5/5)

L'infatigable dénicheur de raretés qu'est Leonardo García Alarcón nous emmène dans une contrée inédite à l'orée du baroque, celle des madrigaux de Sigismondo D'India, un musicien peut-être plus ''moderne'' encore que Monteverdi. Cinq instrumentistes et deux chanteuses d'exception nous transportent sur les ailes du chant profane en un festin de pages envoûtantes. 

LA SUITE APRÈS LA PUB

Figure essentielle du début du baroque, Sigismondo D'India (ca.1580-1629), chanteur et joueur de théorbe, né dans l'Italie méridionale, s'est beaucoup déplacé dans la péninsule, à Florence, Milan, Rome, Turin, souvent parce qu'au service de princes et mécènes, dont celui de la cour de Savoie. Il publie plusieurs livres de madrigaux de 1606 à 1624 et de monodies accompagnées à une ou deux voix. C'est que ce contemporain de Monteverdi, en lequel Leonardo García Alarcón voit un « jumeau, un miroir en musique », a contribué, comme lui, à bouleverser l'histoire de la musique. Avec ce qu'on appelle la ''seconda pratica'' qui voit la musique vocale s'affranchir des règles strictes du contrepoint et mettre en avant un mode d'expression favorisant l'exacerbation des émotions, même par la dissonance. D'où l’appellation de ''nuove musiche'', c'est-à-dire de nouvelles musiques. D'India est le chantre du genre de la monodie accompagnée, proche de l'art de la parole et cherchant à traduire les différents affects des textes, empruntés à des auteurs célèbres dont Pétrarque, mais aussi issus de sa propre plume. Les thèmes abordés vont de la désillusion amoureuse à la peur de la mort, de la prégnance de la solitude à l'indicible mélancolie. Pour séduisantes qu'elles soient, ces pièces révèlent un extrême raffinement d'écriture qui frôle l'austérité. Plus que divertissante, comparée à l'opéra alors naissant, c'est « une musique à penser et à réfléchir, à savourer de manière presque philosophique, comme une incursion dans les profondeurs des émotions humaines », souligne encore García Alarcón. 

On est frappé d'emblée par l'audace de la monodie et de son accompagnement harmonique, qu'elle soit à une voix (''Io viddi in terra angelici costumi'' /J'ai vu sur terre d'angéliques usages, d'après Pétrarque) ou à deux voix (''Torna il sereno Zefiro'' / Le doux Zéphyr revient, sur un texte de D'India). Certaines pièces vont à la rencontre de la tradition de la chanson populaire de la Renaissance, assurant la transition entre cette dernière et le style baroque à venir. Et ce eu égard à leur simplicité mélodique, comme dans ''Palidetta qual viola'' (Fort pâle comme la violette) au ton presque léger, ou avec ''Spezzami bionda e fuggimi'' (Méprise-moi, belle blonde et fuis-moi). On remarque aussi une évolution vers une expression de plus en plus théâtrale dans les madrigaux à deux voix. Ainsi de ''Chi nutrisce tua speme, cor mio'' (Qui nourrit ton espoir, mon cœur), ardent dialogue amoureux.

La modernité de D'India s'affirme également dans les grands lamentos dont il est aussi l'auteur des textes. L'ornementation y est encore plus élaborée et la rythmique plus variée, dans le dessein d'une plus étroite adaptation de la ligne musicale aux paroles. On le mesure dans les deux œuvres ici proposées, l'une et l'autre à une voix. Dans le ''Lamento d'Olympia'', dont la trame n'est pas sans faire penser à celle des Adieux de Didon, la séparation amoureuse entre Olympia et son amant Bireno s'exprime au fil d'une narration serrée. Le lamento de Didon, ''Infelice Dido'' est une composition audacieuse qui ne pâlit pas devant d'autres célèbres du répertoire, et se mesure sans fard à Monteverdi. L'entrée de la voix après une introduction lente, l'expression des divers affeti, les contrastes dramatiques, la fin dans un murmure impalpable, tout cela traduit un art consommé. Un autre exemple de cette ''modernité'' du musicien, on le trouve dans le madrigal ''Odi quel rosignolo'' (Ô ce rossignol), véritable résumé des caractéristiques de son style aux ornementations somptueuses et imaginatives, restituant toutes les facettes du chant du bel oiseau. 

Sous la houlette avisée de Leonardo García Alarcón, la présente interprétation restitue au plus près toute l'urgence des émotions et la force née des contrastes rythmiques de la déclamation. D'abord par les voix de soprano d'une grande pureté de Mariana Flores et de Julie Roset dont on admire aussi la si étonnante symbiose dans les monodies à deux voix. Ces deux artistes, rompues à ce répertoire, offrent douceur d'émission et netteté des ornements, ajouté au naturel de la déclamation à travers tout le spectre des affeti, de l'insondable tristesse à la manière enjouée. La partie instrumentale, de basse continue, est confiée à un quatuor émérite constitué d'une basse de viole (Margaux Blanchard), d'une harpe baroque (Marie Bournisien), d'un théorbe ou d'une guitare baroque (Quito Gato) et d'un archiluth (Mónica Pustilnik). Avec García Alarcón au clavecin ou à l'orgue positif. La sveltesse de ces exécutions n'a d'égale que leur rigueur et bien sûr leur perfection formelle quant à la recherche du ton exact de chacune de ces monodies de lamentations et de soupirs.

L'enregistrement a été effectué dans la merveilleuse église baroque Notre-Dame de l'Assomption de Cordon, en Haute-Savoie, sans doute le lieu choisi propice à ces réflexions. La prise de son est à la fois aérée et d'une belle immédiateté. Le relief des voix comme de l'écrin instrumental et la belle fusion entre eux sont bien proches de l'idéal.

Texte de Jean-Pierre Robert

CD et MP3 disponibles sur Amazon

LA SUITE APRÈS LA PUB

Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Cappella Mediterranea, Leonardo García Alarcón, coup de cœur, Sigismondo D'India, Giovanni Battista Marino, Ottavio Rinuccini, Gabriello Chiabrera, Francesco Petrarca, Francesco Braccioloni, Francesco Ferranti, Mariana Flores, Julie Roset

PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus