CD : un voyage musical a cappella en Hongrie et en Allemagne

Homelands Cythera

  • ''Homelands vol. 1''
  • Zoltán Kodály : Tableaux de la région de Mátra
  • Béla Bartók : Chants populaires hongrois, BB 99. Quatre chants populaires slovaques, BB 78
  • Antonin Dvořák : Six duos moraves (arr. de Leoš Janáček)
  • Arnold Schoenberg : Drei Volkslieder op.49
  • Johannes Brahms : deux Volkslieder. ''An die Heimat'', extr. de Drei Quartette, op.64
  • Marie Vermeulin, piano
  • Ensemble Cythera, dir. Mihály Zeke
  • 1 CD Paraty : Paraty 140 100 (Distribution : [PIAS])
  • Durée du CD : 60 min 34 s
  • Note technique : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile grise (4/5)

Ce qui est le premier CD de l'ensemble Cythera est aussi le volume initial d'un voyage musical européen au cœur de la polyphonie vocale des XIXème et XXème siècles, qui voit l'union entre arts populaire et savant. Cette première étape nous conduit en Hongrie et en Allemagne. À travers une brassée de chants magistralement restitués sous la houlette d'un talentueux chef de chœur qui s'est signalé par son remarquable travail à la tête d'Arsys Bourgogne.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Qui dit chant choral au XXème conduit immanquablement à Kodály et à Bartók. Tous deux se sont attelés à partir de 1906, souvent ensemble, à collecter des chants populaires de leur Hongrie natale. Avec une différence d'approche, le premier les considérant comme objet d'étude, comme il en sera d'une monographie sur la musique populaire magyare et de l'édition complète des chants populaires, qu'il assurera en 1942, après le départ de Bartók pour les USA. Il compose aussi un immense corpus de chants. Ainsi, en 1931, des Tableaux de la région de Mátra, au nord de la Hongrie. Cet ensemble pour chœur mixte a cappella consiste en une chanson populaire générant des variations où les voix s'entremêlent de manière originale. Bartók, quant à lui, poursuit une autre voie, visant à une fusion entre musiques populaire et savante par l'élaboration d'un langage personnel. Parmi ses nombreux recueils, le présent CD en présente deux. Les 4 Chants populaires slovaques pour chœur mixte avec piano BB 78, de 1917, retracent des épisodes contrastés de la vie rurale : un chant de noces plutôt triste où les voix s'ajoutent peu à peu les unes aux autres, puis un chant de récoltes remarquable par sa mesure irrégulière, enfin deux danses villageoises à deux temps, très enjouées. Plus tardifs, puisque de 1930, les Chants populaires hongrois BB 99, pour chœur mixte, sont très complexes, loin de la manière du début. Le langage est désormais plus élaboré, influencé par la musique instrumentale de son auteur, avec une densification de la polyphonie et l'usage de dissonances. À l'atmosphère sombre et tendue des deux premières pièces font suite une 3ème d'une écriture plus alerte et d'une grande diversité rythmique, et une dernière enlevée d'une belle facture dans sa forme ternaire.

Quelques années plus tôt, Dvořák s'était également consacré au chant choral.

Ainsi des Six duos moraves. Cette œuvre est singulière en ce qu'il s'agit d'arrangements, réalisés par Janáček, pour chœur à quatre parties avec accompagnement de piano, des Duos moraves op.32 pour soprano datant de 1876, lesquels trouvent leur origine dans une collection de chants nationaux moraves réalisée par le prêtre et poète Frantisek Sušil. Comme d'autres pièces chorales de cette époque, celles-ci marquent les débuts de la période dite slave de Dvořák, lequel doit alors sa première célébrité à l'action de son compatriote Janáček.

Johannes Brahms s'est toujours intéressé aux musiques populaires. Ainsi s'est-il consacré au chant choral à plusieurs parties dans ses Vollkslieder. Dont le chant ''In stiller Nacht'' (Dans la nuit tranquille) d'une poétique doucement évocatrice. Quant à la pièce ''An die Heimat'' (A la patrie) extraite de Drei Quartette op.64/1 (1874), elle adopte la forme d'un motet où le mot patrie est repris comme un refrain travaillé et ce avant chacune des strophes. Arnold Schoenberg compose ses Drei Volkslieder op.49 en 1948, alors que résidant aux États-Unis. Ces chants pour quatre voix mixtes a cappella sont inspirés de musiques de la Renaissance et destinés à un chœur d'étudiants américains. D'où leur apparente simplicité. Comme le dira le compositeur Hanns Eisler, « cela sonne comme si les âmes des chants populaires disparus étaient évoquées, pâles et égarées, après toutes les catastrophes souffertes ».

L'ensemble Cythera, chœur de chambre européen, a été fondé en 2019 par Mihály Zeke après sa tenure à Arsys Bourgogne (2014-2019) et à partir de cette formation. Il est né de la nécessité d'un élargissement pour affronter un répertoire large et transversal comme celui des XIXème et XXème, ainsi qu'illustré ici. Il est constitué de 24 chanteurs (6 sopranos, 5 altos, 6 ténors et 7 basses). Ce premier disque permet de mesurer le chemin déjà accompli en termes de cohésion de l'ensemble, ajouté à la plénitude des voix, sous la direction d'un chef de chœur dont on sait l'expérience. L'assise des basses est particulièrement impressionnante. De même, la facilité avec laquelle les chanteurs se coulent dans les idiomes d'Europe centrale, peut-être moins qu'avec la langue de Goethe. Une mention aussi à l'accompagnement inspiré de Marie Vermeulin qui joue un Steinway de 1896.

Ils sont captés dans un monastère en Allemagne dans une ambiance pleine d’atmosphère, qui n'évite pas toujours l'impression de saturation dans les passages forte.

Texte de Jean-Pierre Robert

LA SUITE APRÈS LA PUB

CD et MP3 disponibles sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Mots-clés: Brahms, Béla Bartók, Arnold Schoenberg, Anton Dvořák, Zoltán Kodály, Marie Vermeulin, Ensemble Cythera, Mihály Zeke