icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube      

CD : Le jardin féérique des chœurs a cappella

Metaboles Jardin Feerique

  • Maurice Ravel : Le jardin féérique (transcription de Thierry Machuel). La vallée des cloches (transcription de Clytus Gottwald). Trois chansons
  • Camille Saint-Saëns : Romance du soir. Des Pas dans l'allée. Les Fleurs et les Arbres. Calme des Nuits
  • Benjamin Britten : Hymn to St. Cecilia. Five Flowers Songs
  • R. Murray Schafer : Miniwanka or The Moments of Water
  • Les Métaboles, dir. Léo Warynski
  • 1 CD NoMadMusic : NMM065 (Distribution : PIAS)
  • Durée du CD : 56 min 21 s
  • Note technique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rouge (5/5) 

Le programme de ce CD de chant a cappella est placé sous le motto de l'invocation à la nature conçue comme jardin harmonique ou fantastique, lieu de contemplation ou de réflexion, à moins qu'elle ne soit simplement considérée comme paysage sonore. Pour son nouveau disque, l'ensemble choral Les Métaboles offre des pages peu connues de musiciens français et anglais, interprétées avec élégance et conviction. 

Pour Camille Saint-Saëns, « c'est des bruits de la Nature que la Musique est née ». Il l'illustre dans ses Deux Chœurs op.68, ''Les Fleurs et les Arbres'' et ''Calme des Nuits'' qui évoquent une atmosphère nocturne et sont écrites en s'inspirant du style madrigalesque italien. La seconde pièce, d'une grande sérénité, oppose au fil de ses deux parties le « calme des nuits » à « l'éclat du soleil ». Deux autres morceaux ''Romance du soir'' et ''Des Pas dans l'allée'' empruntent à la même simplicité d'écriture pour une évocation de la nature toute aussi réussie. Maurice Ravel écrit ses Trois chansons en 1914/1915, ce qui restera sa seule contribution au genre du chœur a cappella. Ces courtes pièces dont il est également l'auteur des paroles, cultivent une autre expressivité sonore, plus virtuose et en même temps d'une veine légèrement ironique, puisant cette fois aux modes archaïques de la Renaissance française. ''Nicolette'' est une version moderne du ''Petit Chaperon rouge'', parée d'un délicat humour. ''Trois beaux oiseaux du Paradis'', qui partagent les trois couleurs du drapeau français, évoquent de manière non dissimulée la Grande Guerre. ''Ronde'' offre un dialogue vif-argent entre deux groupes de filles et de garçons, traité de manière cocasse. Le récital comprend encore deux arrangements pour chœur de morceaux instrumentaux de l'auteur du Boléro : ''Le jardin féérique'' (transcription de Thierry Machuel), dernier volet de Ma mère l'Oye, dont le grand crescendo final est magistralement ménagé en un kaléidoscope de couleurs éclatantes, et ''La vallée des cloches'' (transcription de Clytus Gottwald), tiré de Miroirs, où le travail sur le son, des sopranos et des basses en particulier, surenchérit sur une écriture pianistique déjà raffinée et offre des effets magiques pour évoquer des sonneries de cloches.

Benjamin Britten a cultivé le genre du chœur a cappella. Hymn to St Cecilia, op.27 (1940), sur un texte de W H Auden, est une petite cantate en trois parties, qui offre une écriture très travaillée où les voix imitent des instruments. Ainsi en est-il de la première qui est une invocation à la sainte. Un scherzo joyeux et rapide s'ensuit où les sopranos s'envolent tandis que les voix graves modulent. Une dernière séquence plus développée avec force dissonances fait la part belle aux voix solistes des sopranos sur un accompagnement des basses. Le set des Five Flowers Songs, op.47, date de 1950. Ces cinq courtes pièces célèbrent les beautés de la nature, en hommage à leurs dédicataires, un couple de mécènes de l'English Opera Group passionnés de botanique. On remarque là encore un art consommé de l'écriture vocale pour les diverses tessitures, faite de scansions originales. Le programme s'achève par une pièce d'une étourdissante virtuosité : Miniwanka or The Moments of Water du canadien R. Murray Schaffer (*1933). Composée en 1973, elle déborde d'effets aussi originaux qu'inattendus, sur le débit, l'intonation, la langue avec onomatopées et chuchotements, voire un mode proche du bruitisme.

L'ensemble Les Métaboles, sous la direction de Léo Warynski, montre son éclectisme et une fabuleuse plasticité. Un soin tout particulier a été porté à l'intelligibilité des textes et à l'expressivité des voix. Tout comme à la restitution de la dimension orchestrale des pièces grâce à l'usage d'une large palette dynamique, en particulier chez les sopranos, aux sonorités intenses, et les basses, grondantes ou proches du souffle pianissimo. Ils sont captés dans une ambiance claire et une belle spatialisation.

Texte de Jean-Pierre Robert

CD et MP3 disponibles sur Amazon

  


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Mots-clés: Britten, Maurice Ravel, Saint-Saëns, R. Murray Schafer

Comments est propulsé par CComment

Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework