icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube      

Concert : Mozart et Schubert pour le Festival de Prades aux Champs-Elysées

Michel Lethiec

  • Wolfgang Amadeus Mozart : Quatuor à cordes No19 K.465 « Les Dissonances »
  • Artis Quartet composé de : Peter Schuhmayer (premier violon), Johannes Meissl (second violon), Herbert Kefer (alto), Othmar Müller (violoncelle)
  • Quintette pour piano et vents en mi bémol majeur K.452
  • Jean-François Heisser (piano), Jean-Louis Capezzali (hautbois), Michel Lethiec (clarinette), André Cazalet (cor), Carlo Colombo (basson)
  • Franz Schubert : Octuor pour cordes et vents en fa majeur op.166 D.803
  • Artis Quartet + Jurek Dybal (contrebasse), Michel Lethiec (clarinette), André Cazalet (cor), Carlo Colombo (basson)
  • Samedi 30 novembre, à 20 h
  • Théâtre des Champs-Elysées

  • Prochain concert de Prades aux Champs-Elysées : mardi 28 avril 2020, à 20 h :
  • Beethoven (Sonate, Quintette, Trio « A l’Archiduc »)
  • Avec : Régis Pasquier (violon), Arto Noras (violoncelle), Jean-Louis Capezzali (hautbois), Michel Lethiec (clarinette), André Cazalet (cor), Carlo Colombo (basson), Barry Douglas (piano)
    prades-festival-casals.com
    www.theatrechampselysees.fr

Mozart et Schubert à l’honneur pour le Festival de Prades au Théâtre des Champs-Elysées.

C’est d’abord Mozart qui occupait la première partie de ce concert du Festival de Prades aux Champs-Elysées. En effet, Mozart s’imposait d’abord avec un de ses Quatuors les plus secrets : le Quatuor à cordes en ut majeur No 19 K.465. L’appellation « Les Dissonances » de ce Quatuor peut largement se justifier par des hardiesses harmoniques semblant de toute évidence se concentrer dans les deux premiers mouvements (Adagio et Allegro). Les deux derniers mouvements amorçant un retour vers une harmonie moins complexe. Mozart était de nouveau présent après ce surprenant Quatuor K.465, avec son Quintette pour piano et vents en mi bémol majeur K.452, vraisemblablement composé en mars 1784. Mozart y déploie des prodiges d’équilibre réalisés entre douleur maîtrisée, et sens inné du dialogue entre vents et cordes. On peut éventuellement retrouver l’influence de ce Quintette avec piano de Mozart sur celui qu’écrira bien plus tard le jeune Beethoven en 1796 (Quintette pour vents et piano op.16). La deuxième partie de ce concert était entièrement dédiée à l’Octuor pour cordes et vents en fa majeur op.166 D.803 de Schubert datant de ses dernières années (1824). L’œuvre d’une durée considérable (près d’une heure d’horloge) se décline en six mouvements fortement contrastés, l’apparentant d’une certaine manière aux Sérénades héritées du XVIIIe siècle. Tout au long de cet immense chef-d’œuvre, Schubert démontre avec éclat son sens de la gaieté, de l’insouciance, vagabondant incessamment entre invention mélodique et rythmes dansants semblant directement provenir d’une joyeuse taverne viennoise…

Pour interpréter un tel programme entièrement consacré à Mozart et Schubert, il fallait encore trouver les effectifs musicaux capables d’idéaliser et de sublimer de tels compositeurs. Le choix de l’Artis Quartet s’avérait judicieux, puisqu’il rendait pleinement justice au Quatuor à cordes K.465« Les Dissonances » de Mozart. Avec Jean-François Heisser (piano), Jean-Louis Capezzali (hautbois), Michel Lethiec (clarinette), André Cazalet (cor) et Carlo Colombo (basson), le même miracle se reproduisait avec une interprétation d’une belle intensité du Quintette pour piano et vents K.452 de Mozart. Le même prodige se répétait avec l’ultime œuvre mettant fin à ce concert : l’Octuor pour cordes et vents de Schubert. En effet, l’esprit schubertien régnait en maître absolu dans cette interprétation d’une œuvre qui trouvait grâce à cet ensemble de musiciens d’exception (Artis Quartet, Michel Lethiec, André Cazalet, Carlo Colombo, Jurek Dybal) une exécution proche de l’idéal.

Texte de Michel Jakubowicz


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Mots-clés: Mozart, Schubert, Théâtre des Champs-Elysées

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework