icon facebook icon youtube icon qwant icon tumblr icon pinterest icon rss

Concert : le claveciniste Justin Taylor en récital au Théâtre Grévin

Justin Taylor

  • Johann Sebastian Bach : Variations Goldberg
  • Justin Taylor, clavecin
  • Lundi 3 juin 2019, à 20 h 30
  • Théâtre Grévin
    10 boulevard Montmartre
    75009 Paris
    www.philippemaillardproductions.fr

En récital de clavecin au Théâtre Grévin, Justin Taylor proposait au public une œuvre démesurée, débordante d’invention : les Variations Goldberg de Johann Sebastian Bach.

Bien que ces Variations Goldberg de Johann Sebastian Bach surprennent par leur ampleur (près d’une heure et demie de musique !) l’auteur de la Messe en si et de la Passion selon Saint Matthieu est loin d’être le seul compositeur à pratiquer l’art de la variation durant cette période qui s’étend de la fin du XVIIe siècle à la première partie du XVIIIe siècle. En effet, cet art est largement pratiqué en Europe de Buxtehude à Sweelinck, sans oublier Froberger, Boehm, Frescobaldi, Pachelbel et bien d’autres compositeurs. Vraisemblablement publiées aux environs de 1742, les Variations Goldberg de Johann Sebastian Bach, au nombre de trente, sont encadrées entre deux Arias. Certaines de ces variations surprennent par leur durée, comme par exemple la variation No25, qui atteint plus de cinq minutes alors que la Variation 4 ne dépasse pas les 50 secondes ! Durant cette fantastique plongée dans l’invention permanente que représentent ces Variations Goldberg, Johann Sebastian Bach va multiplier les contrastes, passant de l’introspection parfois austère, presque hautaine, à un déferlement de virtuosité débordante nécessitant chez l’interprète des moyens phénoménaux que seul un claveciniste hors du commun peut posséder. Curieusement, ces incroyables et vertigineuses Variations Goldberg seraient peut-être une sorte de réponse de Johann Sebastian Bach aux 30 Essercizi de Scarlatti, et mettraient ainsi fin à la domination de ce compositeur dans la littérature pour clavecin seul.

Quoi qu’il en soit, durant ce concert donné au Théâtre Grévin le 3 juin 2019, le jeune claveciniste Justin Taylor affirmait avec netteté et panache son entière adhésion au texte musical inventé de toutes pièces par le Grand cantor de Leipzig. Il parvenait à ses fins grâce à un instinct musical certain, évitant toute brutalité, parcourant avec un aplomb impressionnant les innombrables sinuosités d’une partition charriant sans cesse une inventivité démesurée, fantasque ou au contraire d’une rigueur sans pareille. Ovationné au terme de ce marathon effectué au cœur de ces sidérantes Variations Goldberg de Johann Sebastian Bach, Justin Taylor proposait trois bis somptueux au public du Théâtre Grévin. Le premier de ces bis n’était rien d’autre qu’une Sonate pour clavecin de Scarlatti, suivi du second bis : une transcription par Bach du 2ème mouvement du concerto pour hautbois de Benedetto Marcello. Enfin, le 3ème bis consistait en une pièce fabuleuse, étrange, de François Couperin : Les Barricades mystérieuses.

Texte de Michel Jakubowicz


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Mots-clés: Théâtre Grévin

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework