icon facebook icon youtube icon qwant icon tumblr icon pinterest icon rss

(Coffret 12 CDs) : Istvan Kertesz, The London Years

Kertesz CD

ISTVAN KERTESZ
Les Années Londoniennes, Dvorak, Bartok, Strauss, Ravel, Gershwin
Decca (Universal)
notation : etoile-rougeetoile-rougeetoile-rougeetoile-rougeetoile-rouge(5/5)

Leo Weiner et Zoltan Kodàly furent ses maîtres pour le piano et la composition à l'Académie de musique de Budapest, mais ce sera le chef d'orchestre hongrois Làszlo Somogyi qui l'initiera à la direction d'orchestre de 1949 à 1953.Istvan Kertesz va bénéficier aussi des conseils d'un chef d'orchestre prestigieux présent à Budapest à cette époque : il s'agit d'Otto Klemperer dont la notoriété est déjà bien établie sur le plan international. Après avoir occupé différents postes en Hongrie y compris celui de l'Opéra de Budapest dont il a la charge de l'année 1955 à 1957,
Istvan Kertesz se décide à quitter la Hongrie et s'installe en Allemagne. Une autre grande figure de la direction d'orchestre va également l'attirer, il s'agit du chef d'orchestre et compositeur Fernando Previtali avec qui il travaille durant l'année 1958.Puis ce seront d'importants postes en Allemagne (Augsbourg et Cologne).Mais sa renommée s'affirmant de plus en plus en Europe, il se produit fréquemment à la tête de l'Orchestre Philharmonique de Vienne ainsi qu'avec l'Orchestre Philharmonique d'Israël.

C'est malheureusement au cours d'une baignade en mer en Israël qu'Istvan Kertesz périra noyé le 16 avril 1973, laissant en guise de testament un ensemble d'enregistrements prestigieux où s'affirmait une personnalité incontestable de la direction d'orchestre. Dans ce recueil, Istvan Kertesz affirme une forte affinité avec le compositeur tchèque Anton Dvorak. Dans le cas présent il s'agit ici de deux Symphonies (No7 et No8) qui font partie de l'intégrale des Symphonies dont la parution débuta vers la fin des années soixante. Avec ce même compositeur Istvan Kertesz signe une superbe et sensible version du Requiem op.89, mais aussi de la Sérénade op.44 pour vents, des Ouvertures Othello et Carnaval et nous gratifie aussi d'une version prenante d'un terrible et effrayant Poème Symphonique : La Sorcière de Midi ! En tant que chef hongrois, Istvan Kertesz nous offre une version expressionniste et violente du Château de Barbe-Bleue de Béla Bartok avec comme solistes vocaux Christa Ludwig et Walter Berry, n'oubliant pas de graver également une truculente version du Singspiel de Zoltan Kodaly : Hàry Janos avec comme récitant Peter Ustinov. Mais Istvan Kertesz tient aussi à interpréter deux autres œuvres célèbres de Zoltan Kodaly : Les Variations sur une mélodie populaire hongroise et le Psalmus hungaricus op.13. Ottorino Respighi offre à Istvan Kertesz la possibilité de déployer son talent de coloriste avec Les Pins de Rome, la Suite pour petit orchestre Les Oiseaux ainsi que les pittoresques Fontaines de Rome. Anton Bruckner trouve en lui un ardent défenseur, ce qui nous vaut ici une version très inspirée de la Symphonie No4 dite « Romantique » toute bruissante de bruits de nature et de chasses fantastiques.

Istvan Kertesz nous propose aussi les deux concertos pour cor de Richard Strauss avec comme soliste le prestigieux corniste anglais Barry Tuckwell. Mais Istvan ne néglige pas Maurice Ravel dont il dirige les deux Concertos pour piano avec un pianiste lui aussi beaucoup trop tôt disparu : Julius Katchen. Brahms trouve aussi en Istvan Kertesz un interprète idéal pour les Deux Sérénades pour orchestre, qui précèdent les futures Quatre Symphonies. Mais Istvan Kertesz est aussi un interprète passionné de Mozart et il nous le prouve ici en dirigeant le Concerto pour piano No9 « Jeunehomme »avec en soliste Vladimir Ashkenazy et le sombre Concerto pour piano No24, cette fois-ci en compagnie du pianiste Clifford Curzon. Enfin, Istvan Kertesz nous fait franchir l'Atlantique avec la Rhapsodie in Blue de George Gershwin, arrangée par Ferde Grofé, le compositeur de la pittoresque Suite d'orchestre « Le Grand Canyon ».Avec cet ensemble d'enregistrements Decca nous avons l'opportunité unique de redécouvrir une figure légendaire de la direction d'orchestre. Un chef d'orchestre d'une envergure hors du commun, aussi à l'aise avec Mozart qu'avec Berlioz, Brahms, Bruckner, Bartok et Kodaly dont il nous laisse ici des témoignages sonores d'une qualité exceptionnelle !

Texte de Michel Jakubowicz

Coffret disponible sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework