icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube      

Secret People : un dilemme fascinant (en DVD)

DVD Secret People 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)

Synopsis

Dans les années 1930, Maria et Nora, deux jeunes filles d'Europe centrale, sont contraintes de quitter leur pays pour se réfugier à Londres, loin de la menace dictatoriale qui a coûté la vie à leur père. Sept ans plus tard, Maria retrouve, au hasard des rues de Paris, son premier amour. S'ensuit alors une quête périlleuse de justice, qui compromettra les deux jeunes sœurs…

• Titre original : Secret People
• Support testé : DVD
• Genre : espionnage, drame
• Année : 1952
• Réalisation : Thorold Dickinson
• Casting : Valentina Cortese, Serge Reggiani, Charles Goldner, Audrey Hepburn, Angela Fouldes, Megs Jenkins, Irene Worth, Reginald Tate
• Durée : 1 h 30 mn 49
• Format vidéo : 4/3
• Format ciné : 1,37/1 Noir et Blanc
• Sous-titrage : français
• Piste sonore : Dolby Digital 2.0 monophonique anglais
• Bonus : livret de 20 pages « Thorold Dickinson 1903-1984 », avec des extraits de « Making a Film. The Story of Secret People » de Lindsay Anderson, Allen & Unwin, 1952.
• Éditeur : Doriane Films

Commentaire artistique

Nouveau bijou de la collection « Typiquement British », Secret People est un des films les plus personnels de Thorold Dickinson, producteur, réalisateur et professeur de cinéma britannique relativement méconnu (sur sa carrière lire le livret donné en supplément). Sa filmographie, assez réduite, d’une quinzaine de titres compte en effet plus de films de série B que d’œuvres majeures. Si l’on peut noter qu’il est l’auteur en 1940 d’une première version de Gaslight, hélas occultée par celle de Gorges Cukor en 1944, Secret People est sans doute son meilleur opus, du moins le plus ambitieux. La genèse de ce film a eu la chance d’avoir été racontée en détail par Lindsay Anderson (grand nom du Free Cinema) dans son livre « Making a Film » (disponible intégralement ici). Selon cet ouvrage, le projet remonterait aux années 40 lorsque le réalisateur fut chargé d’un film pour l’armée mais il faudra attendre 1950 pour que le récit signé de Thorold Dickinson et Joyce Cary ne devienne un film. Retardé par d’autres projets, le réalisateur, soutenu par le producteur Sir Michael Balcon, débuta son film à l’été 1950 aux Ealing Studios. Photographié avec classe dans un superbe noir et blanc par Gordon Dines, Secret People a été presque totalement tourné en studio mais des prises de vues de situation ont été spécialement réalisées à l’exposition universelle de Paris de 1937. En effet l’intrigue se déroule dans les années 30 à Dublin et à Paris et comme le récit l’impliquait deux acteurs non britanniques furent engagés, Valentina Cortese (Maria) et Serge Reggiani (Louis). En revanche la sœur de Maria, Nora adulte, est interprétée par Audrey Hepburn dans l’un de ses tous premiers films : elle y fait la preuve de son talent de danseuse. Sombre histoire de machination, l’intrigue compliquée et un poil nébuleuse de Secret People tourne autour d’une position morale, en l’occurrence celle de Maria confrontée à un dilemme éthique. Mis en scène avec efficacité et extrêmement bien interprété, ce drame est plus un film sur l’étude des caractères et des principes moraux qui sous-tendent la tension dramatique qu’une histoire à suspense sur fond de revanche et de complot politique. Mais on peut néanmoins s’interroger sur le bien-fondé de l’histoire tout en gardant à l’esprit qu’elle a été conçue dans les années 40 et non après-guerre, ce qui pourrait expliquer le dilemme de Maria : dénoncer, ou non, le groupuscule antifasciste cherchant à éliminer le dictateur Galbern (responsable de l’exécution de son père) sous prétexte qu’une action meurtrière sera forcément immorale. Quoi qu’il en soit, Secret People est transcendé par sa splendide photographie et par l’excellente interprétation de Valentina Cortese, omniprésente et pivot de l’intrigue, dans un rôle poignant. Captivant.

 

DVD Secret People

Commentaire technique

Image : copie SD, définition remarquable, piqué sur les détails presqu’égal à la HD : il faut dire que la copie a été récemment restaurée par StudioCanal (elle d’ailleurs disponible en blu-ray depuis 2019 en Angleterre chez Network mais en VO non ST), image lumineuse et propre, superbe contraste aux noirs profonds et aux gris étagées, blancs nuancés

Son : mixage anglais 2.0 monophonique, sans défaut, ni fluctuation, ni distorsion, dialogues clairs et équilibrés, dynamique, sans bruit de fond, spectre légèrement resserré dans les aigus

Notre avis

Image :etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise (4/5)
Mixage sonore : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile grise(3,5/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile griseetoile griseetoile grise(2/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0044014/

 

DVD disponible sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Comments est propulsé par CComment

Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework