icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube      

Salomon et la reine de Saba : fantaisies bibliques (en Blu-ray et DVD)

Blu ray Salomon et la reine de Saba 000

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)

Synopsis

Salomon, qui succède au roi David, accueille la reine de Saba et sa cour à Jérusalem. Il en tombe amoureux et lui demande de l'épouser. Celle-ci refuse mais obtient la permission d'organiser une orgie païenne dans la Ville sainte. Salomon assiste à l'orgie, s'attirant la colère des prêtres et de Dieu. Le temple est détruit par la foudre. Les Égyptiens déclarent la guerre à Israel et Adonijah, le frère aîné de Salomon, se joint aux forces ennemies…

• Titre original : Solomon and Sheba
• Support testé : blu-ray
• Genre : péplum biblique
• Année : 1959
• Réalisation : King Vidor
• Casting : Yul Brynner, Gina Lollobrigida, George Sanders, Marisa Pavan, David Farrar, John Crawford, Finlay Currie, Harry Andrews
• Durée : 2 h 21 mn 34
• Format vidéo : 16/9 (2,31/1)
• Format ciné : 2,20/1 (Super Technirama 70)
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : DTS-HD MA 2.0 stéréo anglais, mono français
• Bonus : Yul Brynner, l’homme qui devint roi (1995, SD, VF voice over, 57 mn 40, réalisation Gene Feldman) - présentation du film par Patrick Brion (10 mn 52) - bande annonce (1 mn 57)
• Éditeur : Sidonis Calysta

Commentaire artistique

Salomon et la reine de Saba est le dernier long-métrage de King Vidor, cinéaste de l’épique dont on se souviendra des monumentales réalisations : Le Grand passage (1940), Guerre et Paix (1956) et de son magnifique western baroque Duel au Soleil (1946). Alors que William Wyler monopolise les studios italiens pour le tournage de Ben-Hur (1959), King Vidor démarre son tournage en Espagne avec comme vedette masculine et coproducteur Tyrone Power mais celui-ci s’effondre et succombe durant l’ultime scène de combat avec George Sanders. Pressé par le temps le studio choisit Yul Brynner, affublé d’une perruque, pour le remplacer ce qui oblige le cinéaste à refaire toutes les scènes déjà tournées, près de la moitié du métrage ! Le scénario adapte un récit de Crane Wilbur qui s’inspire très, très librement d’un épisode biblique (Livre des Rois, Livre des Chroniques) narrant la rencontre « chaste » entre les deux souverains. La reine de Saba, un royaume situé dans les actuels pays du Yémen et de l’Érythrée, est mentionnée dans les trois religions du Livre et a intéressé le cinéma muet (versions de 1913 et 1921) et sonore (1952), où son histoire a été largement malmenée. Dans la superproduction de King Vidor, c’est la star italienne Gina Lollobrigida qui incarne la quatrième apparition de la reine sur grand écran et sa romance supposée avec Salomon. Magnifiquement photographié par Freddie Young avec le nouveau procédé Super Technirama 70 (négatif 35 mm à défilement horizontal et anamorphose verticale de 1,5, positif 70 mm au format 2,20/1), le film souffre des défauts inhérents au genre : longs bavardages inutiles, décors somptueux mais très approximatifs, histoire fantaisiste (le scénario subit l’influence des tensions israélo-égyptiennes de 1957 et ne cesse de développer des faits totalement invraisemblables), mise en scène statique. Le remplacement, au pied levé de la vedette masculine, imposa un changement d’interprétation qui contraria King Vidor car, malgré son charisme, Yul Brynner (qui ne s’entendait pas avec Gina Lollobrigida) n’aurait pas su développer par son jeu trop carré toute la complexité de son personnage. Sans doute que le film aurait été très différent avec Tyrone Power mais le résultat n’est pas si catastrophique : les séquences grandioses ne manquent pas de puissance, les scènes d’action d’énergie (filmées par Noël Howard à Madrid) et les décors, accessoires et costumes de somptuosité. Georges Sanders excelle à composer Adonias, frère de Salomon assoiffé de pouvoir, Marisa Pavan (sœur jumelle de Pier Angeli) joue la vierge aimante, droite et discrète (dans la Bible, elle sera pourtant tuée par Salomon !), David Farrar incarne un pharaon un tantinet caricatural et peu clairvoyant. Mais c’est néanmoins la sexy Gina Lollobrigida qui accapare le regard, le corps moulé dans les magnifiques costumes imaginés par Ralph Jester. Cette rencontre au sommet, cousue de fil blanc, déçoit par son érotisme puéril, son manque de souffle et son message sous-jacent en faveur d’Israël, manipulant savamment les données historiques (fusion injustifiée de récits distincts) et affichant partout (couronnes, coiffes, armures…) l’étoile de David. Heureusement que certaines scènes témoignent encore du style baroque flamboyant cher à King Vidor et ainsi que de son talent à composer les espaces avec ampleur. Et malgré son statisme ambiant, Salomon et la reine de Saba mérite toujours d’être vu pour son impressionnante scène de bataille finale aux boucliers fatals.

 

Blu ray Salomon et la reine de Saba

Commentaire technique

Image : copie HD, format 2.35/1 issu d’une copie 35 mm (le procédé Super Technirama 70 permettait d’exploiter indifféremment des copies en 35 mm et en 70 mm), bonne définition avec du piqué sur les détails (costumes, décors), grain manifeste et modéré (tournage sur pellicule 35 mm argentique), très bon contraste mais image un peu dense accentuant la teinte sombre des chairs, étalonnage chaud et somptueux, colorimétrie chatoyante aux teintes splendides, tons saturés, défauts nettoyés

Son : mixage anglais 2.0 (au cinéma 4 pistes magnétiques pour les copies 35 mm et 6 pistes pour les versions en 70 mm) ce qui limite l’ampleur de la bande sonore mais néanmoins on notera la dynamique générale, les dialogues clairs, une certaine ampleur sur la musique de Mario Nascimbene et les scènes de foule et de bataille, spatialisation ample mais relativement frontale ; VF soignée, ancienne, voix trop dominantes, Gina Lollobrigida et Yul Brynner se doublent eux-mêmes

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0053290/

 

Blu-ray et DVD disponibles sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Comments est propulsé par CComment

Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework