Accueil  |  ZeGreen  |  TopAudio  |  HD Smart Home  |  Showroom
icon facebook icon youtube icon qwant icon tumblr icon pinterest icon rss

Marché de la vidéo : une baisse en 2011, mais de bonnes perspectives pour 2012

Le SEVN (Syndicat de l'Édition Vidéo Numérique) vient de dresser le bilan du marché français de la vidéo (ventes DVD, Blu-ray, VOD) pour 2011 et de présenter ses perspectives pour 2012.

En 2011, une baisse globale de 2,7 % a été enregistrée, avec un recul de prés de 10 % des ventes de supports physiques, mais une progression de 20 % pour le Blu-ray. Le marché avec 1,5 milliard d'euros de chiffre d’affaires reste cependant supérieur à celui des salles de cinéma. Ces résultats mitigés s'expliqueraient d'une part par une offre un peu moins riche qu'en 2010 et d'autre part du fait du piratage qui serait toujours d'un niveau "élevé".
La lutte contre le piratage constitue une priorité pour le SEVN et il se félicite des premiers résultats encourageants dans ce domaine avec notamment la fermeture de sites comme Megaupload ou Allostreaming.
Pour 2012, l'essor de la VOD (en progression de 50 % en 2011 par rapport à 2010), la percée de la Haute Définition (20 % des foyers) et les bons résultats de fréquentation des salles de cinéma au second semestre 2011, indiqueraient des perspectives de reprise de la croissance pour le SEVN. Le Syndicat appelle également de ses vœux à une baisse de la TVA afin de dynamiser le marché.

Voici le communiqué de presse officiel :

Marché vidéo 2011 : un bilan contrasté, et des perspectives encourageantes pour 2012

La vidéo a souffert en 2011 d’une offre de nouveautés moins riche et de la persistance du piratage

Selon les premières données des éditeurs vidéo membres du SEVN (Syndicat de l’Edition Vidéo Numérique) et de GfK, le marché de la vidéo en France - DVD, Blu-ray et VOD - a connu une baisse de 2,7% en 2011 à 1,49 milliard d'euros contre 1,53 milliard en 2010. Le marché des supports physiques (DVD et Blu-ray) enregistre une baisse de l'ordre de 9%. Il est à noter que les revenus de la vidéo restent néanmoins supérieurs à ceux des salles de cinéma

La baisse en 2011 s’explique par deux raisons principales.

D’une part, l’offre de nouveaux titres a été moins riche en 2011 qu’en 2010, en particulier s’agissant des genres de films habituellement plébiscités en vidéo (action, comédie,…). Ainsi le marché de la nouveauté en DVD a perdu 13% en 2011.

D’autre part, le piratage d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles, qui reste à un niveau élevé malgré les actions positives de la Hadopi, a continué à avoir un impact très négatif sur le secteur de la vidéo. Cet effet a notamment ralenti la croissance du Blu-ray et de la VOD.

Face au développement de nouveaux modes de diffusion de contenus portant atteinte aux droits d’auteur, le SEVN, associé à d'autres organisations professionnelles de l’industrie cinématographique, a lancé des actions juridiques afin d'obtenir le blocage de l’accès à des sites Internet menant à des contenus illicites ainsi que leur déréférencement des moteurs de recherche. Ces sites, situés majoritairement dans des « paradis numériques », sont particulièrement lucratifs pour leurs créateurs. Ces premières démarches pourront être complétées par la suite par des actions ciblant les flux financiers à destination de ces mêmes sites. Ces actions, à l'instar de celles de la justice américaine, sont nécessaires et légitimes, et le SEVN peut aujourd’hui se féliciter des premières fermetures de sites tels que Allostreaming et bien sûr Megaupload.

Des perspectives encourageantes pour 2012

La haute définition, avec le Blu-ray et le système UltraViolet, constitue un des principaux axes de développement du secteur. En 2011, les ventes de Blu-ray ont crû de 20%, à la fois en valeur et en volume, avec plus de 10 millions de Blu-ray vendus en France. Le Blu-ray représente désormais 16% du chiffre d’affaires du marché physique, soit 210 millions d'euros contre 12% un an auparavant. Avec un parc de lecteurs supérieur à 6 millions d’unités (consoles PS3, box de certains FAI et lecteurs Blu-ray), la vidéo haute définition est aujourd'hui présente dans 20% des foyers.

La VOD représente l’autre grand relais de croissance de la vidéo. Le marché de la VOD est évalué par le SEVN en 2011 à 230 millions d'euros, soit une hausse supérieure à 50% par rapport à 2010. L’offre légale en VOD s’est largement accrue puisque ce sont désormais 20 000 programmes dont plus de 6500 films qui sont disponibles légalement.

En outre, les très bons résultats de fréquentation des salles de cinéma, particulièrement au second semestre 2011 constituent un facteur positif pour l’ensemble du marché de la vidéo physique et digitale.

Le SEVN considère d’autre part que l’application d’un taux de TVA réduit à l’ensemble des produits vidéo - tant pour la VOD que le DVD et le Blu-ray - serait de nature à soutenir le secteur dans une période de contraction du marché. Il serait en effet logique qu’un même film se voit appliquer un taux de TVA identique, qu’il soit vu en salle ou en vidéo.

www.sevn.fr


Autres articles qui peuvent vous intéresser sur le web et On-mag.fr


Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework